Dans un communiqué, l’organisation de FIKE a expliqué aujourd’hui que le film, qui sera projeté lors de la séance d’ouverture du festival, à 21h30, au Teatro Garcia de Resende, « a pour cadre initial un cinéma abandonné et en ruine à l’intérieur de Paraíba », au Brésil.

FIKE, qui revient cette année après l’annulation de l’édition 2020 en raison de covid-19, commence lundi et se poursuit jusqu’au 25, étant promu par la Sociedade Operária de Instrução e Recreio (SOIR) Joaquim António de Aguiar, en partenariat avec le Chambre d’Évora.

Réalisé par Luís Pereira, l’événement a également comme point culminant un hommage au cinéaste portugais António-Pedro Vasconcelos, lors d’une cérémonie le 22 septembre à 19h00, qui comprend la présentation du film « Jaime ».

Au total, 43 films de 20 pays seront en compétition, dans les catégories fiction, documentaire et animation, ont indiqué aujourd’hui les promoteurs.

Portugal, Suisse, Jordanie, Royaume-Uni, Italie, Taïwan, France, Allemagne, Turquie, Iran, Pérou, Espagne, Biélorussie, Pologne, Corée du Sud, Inde, Israël, Canada, Fédération de Russie et Brésil sont les pays d’origine du ‘ cassettes’ sélectionnées pour cette 17e édition.

Ces courts métrages ont été sélectionnés parmi 3.116 films d’environ 120 pays, a révélé l’organisation.

Le jury du festival, qui fête ses 20 ans cette année, est composé du programmateur Sérgio Sólas, de la productrice brésilienne Carla Osório, de la réalisatrice et scénariste portugaise Anna da Palma et du cinéaste portugais Vítor Moreira.

« Le prix du meilleur documentaire sera décerné par le jury Estação Imagem, composé du producteur Pedro Borges, du directeur de la photographie, monteur et réalisateur Abel Rosa et du réalisateur et documentariste Jorge Costa Campos », a-t-il déclaré.

Quant au Prix du Public, « il sera voté par tous les spectateurs qui assisteront aux séances de compétition » qui composent ce festival, ont ajouté les promoteurs.

Le programme du festival, en plus de la compétition internationale, comprend plusieurs expositions parallèles, à savoir le cinéma cubain, africain et brésilien, entre autres, un atelier sur « Sound Band for Films » et une masterclass sur « Casting Director », entre autres initiatives .

L’édition de cette année de l’événement bénéficie du soutien de l’Institut du cinéma et de l’audiovisuel (ICA), de la Communauté intercommunale du centre de l’Alentejo (CIMAC), de la Direction régionale de la culture de l’Alentejo et de l’Université d’Évora.

RRL // MAG

Le contenu Festival de «courts» à Évora commence lundi avec une avant-première brésilienne apparaît d’abord à Visão.