« Nous sommes en train de rédiger le règlement de mobilité fluide de la commune. Nous nous attendons à ce que le règlement soit complété et approuvé, à la fois lors d’une réunion du conseil et de l’assemblée municipale, après consultation publique, d’ici la fin de l’année, pour entrer en vigueur à partir du début de l’année prochaine », a déclaré le conseiller Ângelo Pereira ( PSD). ).

Le maire responsable de la mobilité dans la chambre de Lisbonne a répondu aux plaintes de la population des paroisses lisboètes d’Alcântara, Ajuda et Belém concernant le stationnement abusif de vélos et de scooters sur les trottoirs, ce qui rend la mobilité difficile, dans le cadre d’une réunion publique décentralisée , qui a eu lieu au Musée des Carrosses.

En plus de la réglementation, le conseil travaille sur le plan technologique pour une solution qui permet «d’empêcher à la fois les scooters et les vélos de s’éteindre uniquement, que le compteur en cours de facturation ne s’éteigne que dans les zones que la municipalité définit comme des aires de stationnement» , a indiqué Ângelo Pereira, ajoutant qu’il sera également possible d’empêcher ces modes de mobilité douce d’entrer sur la voie publique en sens inverse et de marcher sur des trottoirs que la municipalité définit comme interdits au transit.

Début juin, en réponse à l’agence Lusa, la Chambre de Lisbonne a révélé qu’il y a 11 000 scooters et vélos partagés dans la capitale portugaise sans quais (ils n’ont pas besoin d’être rangés et les clients peuvent les laisser n’importe où dans les rues de la ville) et quatre opérateurs, ajoutant qu’il étudie comment « mieux réglementer l’activité et entend mettre en place dans les meilleurs délais une réglementation qui lui permette de surveiller et de contrôler efficacement l’activité de partage de scooters et de vélos sans quais ».

Toujours dans le domaine de la mobilité, la population des paroisses lisboètes d’Alcântara, Ajuda et Belém s’est inquiétée du manque de signalisation urbaine, de la nécessité de réduire la vitesse de circulation dans certaines rues, de la réponse des transports publics de Carris et du manque de places de parking.

Le conseiller Ângelo Pereira a déclaré que le département municipal de la Mobilité étudie déjà des mesures pour calmer la circulation routière sur Travessa Boa Hora à Ajuda et a abordé le problème du manque de stationnement, indiquant que le conseil est en conversion avec la police de sécurité publique (PSP) donc que le parc de véhicules tractés Restelo, dans la paroisse de Belém, puisse être utilisé comme parking pour les résidents.

La population a également souligné la question des ordures, à laquelle Ângelo Pereira, qui est également responsable de l’hygiène urbaine, a annoncé que « à partir de juillet, 130 nouveaux opérateurs seront admis en pénurie » pour la collecte des déchets urbains.

Les habitants d’Ajuda ont également dénoncé le manque de sécurité dans le quartier de Casalinho da Ajuda, la nécessité de travaux dans le pavillon des sports de la paroisse et dans l’église de Nossa Senhora da Ajuda, ainsi que les prix « exorbitants » des baux immobiliers, qui sont chasser les habitants nés sur le territoire, donc « des loyers abordables sont urgents ».

Concernant le sentiment d’insécurité et l’augmentation du niveau de violence, le maire de Lisbonne, Carlos Moedas (PSD), a déclaré qu’il était en dialogue avec le ministère de l’Intérieur, car la politique de réduction des commissariats de police a été mise en œuvre pour accroître la police … dans la rue, mais les gens « ne ressentent pas » ce changement.

« En tant que maire, je défendrai toujours le plus grand nombre d’escouades », a-t-il renforcé.

Dans la paroisse de Belém, le projet de revenu abordable pour Alto do Restelo, qui est en consultation publique, est préoccupant, les habitants estimant que le volume des constructions prévues compromettra le « mode de vie » des résidents actuels en raison de l’augmentation de la densité de population. et appelait à un équilibre, refusant d’entrer dans les luttes politiques partisanes et que la discussion « dans une lutte entre riches et potentiels pauvres ».

SSM (CMP) // RBF