1-1-e1669908198824-png
39786444_wm-2391284-1679234-jpg

Le congrès électif de l’Initiative libérale reporté à janvier

Avant de s’interrompre pour le déjeuner, les conseillers réunis à Coimbra ont approuvé une motion de Paulo Lopes qui dicte le report de la convention, initialement prévue pour décembre, laissant la décision sur le lieu et la date exacts à l’après-midi.

Selon des sources du parti déclarées à Lusa, la motion approuvée stipule que le grand meeting des libéraux ne pourra avoir lieu qu’après le 20 janvier inclus.

Après l’annonce des élections anticipées à la direction de l’IL le 23 octobre et la décision de João Cotrim Figueiredo de ne pas se représenter pour le poste, c’est du banc parlementaire et de l’actuel comité exécutif que les candidats à la succession ont connu jusqu’à présent sont sortis: Rui Rocha et Carla Castro.

A l’entrée de la réunion d’aujourd’hui, les deux candidats à la direction de l’Initiative libérale ont convergé sur la nécessité d’une révision des statuts du parti pour réduire le poids de l’inhérence au conseil national.

Les conseillers libéraux discutent du régiment et de la date de la VIIe Convention nationale de l’IL, et il est prévu que la présidente du Conseil national, Mariana Leitão, fasse des déclarations aux journalistes à la fin pour présenter les conclusions de la réunion.

Rui Rocha et Carla Castro sont à cette réunion car ils siègent dans cet organe car ils font partie du comité exécutif, prenant des positions différentes concernant le calendrier.

Rui Rocha avait indiqué à Lusa qu’il allait présenter une proposition au Conseil national pour que le congrès électif se tienne en janvier et non en décembre, comme prévu, estimant que le seul conditionnement de ces élections internes serait d’« insister sur une calendrier plus court » et refuser ce report.

Carla Castro, qui avait initialement soutenu qu’il n’y avait pas lieu de reporter cette convention, a révélé cette semaine à Lusa qu’elle ne proposerait aucune date et se conformerait à la décision du Conseil national, s’abstenant de voter sur le calendrier électoral.

Rui Rocha a le soutien de João Cotrim Figueiredo qui considère le député comme la « bonne personne » pour diriger le parti dans cette nouvelle phase.

Au sein du groupe parlementaire, qui depuis les élections de cette année est composé de huit députés, Rui Rocha a également le soutien de Bernardo Blanco, Patrícia Gilvaz et Joana Cordeiro.

Carlos Guimarães Pinto, député et ancien président de l’IL, a réitéré, dans des déclarations à Lusa, qu’il ne soutiendrait aucune candidature, car, lorsqu’il a quitté la direction en 2019, il a décidé qu’il ne « se mêlerait pas de la politique intérieure » de les libéraux.

Une position différente a été prise par le premier président des libéraux, Miguel Ferreira da Silva, qui a annoncé son soutien à Carla Castro à la présidence du parti. La même préférence a été exprimée par l’ancien candidat à la présidentielle soutenu par les libéraux, Tiago Mayan Gonçalves, bien qu’évoquant une position définitive pour après que les équipes et les programmes aient été connus.

Le leader parlementaire Rodrigo Saraiva a réservé « pour plus tard » un éventuel soutien à l’un des concurrents.

Avant cette anticipation des élections du comité exécutif, la VIIe Convention nationale ne visait qu’à élire les membres du conseil national, du conseil de juridiction et du conseil de surveillance, les calendriers étant périmés.

Lors de la dernière convention, en décembre 2021, la liste unique de João Cotrim Figueiredo au comité exécutif de l’IL a été élue avec 94% des voix, ainsi le président a été réélu pour un nouveau mandat devant les destinations libérales.

Le 8 décembre 2019, lors du grand meeting de Pombal au cours duquel il est élu pour un premier mandat, Cotrim Figueiredo, lui aussi en candidature unique, recueille alors 96 % des suffrages à la IIIe Convention nationale du parti.

Cotrim Figueiredo, toujours en tant qu’indépendant, a été le premier député élu d’IL, en 2019, puis en tant que député unique, ayant lors des élections législatives anticipées de cette année le parti a réussi à passer de un à huit députés, devenant la quatrième force politique.

JF // ZO/MAG

Articles récents