«J'entends beaucoup de gens dire que j'ai fui le pays et que je veux administrer la Guinée-Bissau depuis l'étranger. Ce n'est pas vrai », a expliqué Simões Pereira, dans un message créole sur le réseau social Facebook.

"En ce moment, avec l'état d'urgence en cours, avec la dictature qui tente de s'installer en Guinée-Bissau, je me rends compte que je n'aurais pas beaucoup de marge de manœuvre, c'est pourquoi je travaille à l'extérieur du pays", a ajouté l'ancien Premier ministre. Ministre guinéen, soulignant qu'il devrait revenir prochainement.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus, le président guinéen, Umaro Sissoco Embaló, a prolongé, pour la quatrième fois depuis mars, l'état d'urgence dans le pays jusqu'au 10 juin.

Dans le message aux Guinéens, Domingos Simões Pereira a également évoqué les actions en justice intentées par lui, par le PAIGC et par le gouvernement d'Aristides Gomes contre la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) devant la Cour de justice de cette organisation.

«Beaucoup de gens peuvent même se demander si nous pensons que nous gagnerons le procès. Nous espérons gagner, car nous pensons que la raison et la loi sont de notre côté », a déclaré le leader du PAIGC.

Selon Domingos Simões Pereira, les pays de la CEDEAO qui "aujourd'hui ne sont pas d'accord" finiront par comprendre que ce qu'ils font aidera l'organisation sous-régionale elle-même à être "plus forte" et à marcher du "côté de la justice" .

«Nous avons vu que les gens font tout sauf ce qui était exigé d'eux par la CEDEAO, qui est le retour du pouvoir au PAIGC. Nous ne pouvons pas avoir peur ou nous lasser de rappeler à ces personnes que nous sommes du côté de la justice », a-t-il souligné.

Le PAIGC, Domingos Simões Pereira et le gouvernement d'Aristides Gomes ont contesté devant la Cour de justice de la CEDEAO la reconnaissance par l'organisation sous-régionale d'Umaro Sissoco Embaló comme vainqueur des élections présidentielles guinéennes, lorsqu'un recours contentieux électoral est en cours devant la Cour suprême de justice.

La Guinée-Bissau connaît une nouvelle période de crise politique depuis le début de l'année, après que Sissoco Embaló, élu vainqueur des élections par la Commission électorale nationale, s'est proclamé président, malgré le fait qu'un appel de la Cour suprême de justice était en cours. contentieux électoral présenté par la candidature de Domingos Simões Pereira.

Après son investiture, le président guinéen a limogé le gouvernement du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), dirigé par Aristides Gomes, et a nommé Nuno Nabian, chef de l'Assemblée populaire unie – Parti à ce poste. République démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB).

Le leader de l'APU-PDGB a formé un gouvernement avec le Mouvement pour l'alternance démocratique (Madem-G15), le Parti du renouveau social (PRS) et des éléments du mouvement soutenant l'ancien président guinéen, José Mário Vaz, et l'ancien Premier ministre. Ministre Carlos Gomes Júnior.

Dans le cadre de la médiation de la crise politique en Guinée-Bissau, la CEDEAO a publié, en avril, une déclaration dans laquelle elle reconnaissait Umaro Sissoco Embaló en tant que président et a exhorté les autorités à nommer un nouveau gouvernement, qui respecte les résultats des législatures de 2019, remporté par le PAIGC, dans une période qui s'est terminée le 22 mai, et la révision de la Constitution.

Domingos Simões Pereira n'a pas accepté la défaite au second tour des élections présidentielles de décembre et a considéré que la reconnaissance de la victoire de son adversaire est «la fin de la tolérance zéro aux coups d'État» de la CEDEAO.

L'Union européenne, l'Union africaine, l'ONU, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et le Portugal ont salué la décision de l'organisation sous-régionale africaine de sortir de l'impasse qui persistait dans le pays, mais ont demandé instamment que les recommandations de la CEDEAO soient mises en œuvre, surtout celui de nommer un nouveau gouvernement respectant le résultat des derniers législatives.

La Cour suprême de justice a renvoyé une position sur le contentieux électoral lorsque les circonstances qui ont déterminé l'état d'urgence dans le pays, déclaré dans le cadre de la lutte contre la pandémie causée par le nouveau coronavirus, sont surmontées.

MSE // LFS