1-1-e1669908198824-png
lassociation-met-en-garde-contre-le-faible-engagement-en-faveur

L’association met en garde contre le faible engagement en faveur de la collecte porte-à-porte des biodéchets

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’association rappelle que les communes ont jusqu’à la fin de l’année pour mettre en place la collecte sélective des biodéchets, et explique avoir analysé les solutions de collecte proposées par 84 communes, la plupart d’entre elles optant pour des solutions qui conduiront à un « faible taux de recouvrement ».

« Le pari de la plupart des municipalités est sur la collecte sélective sur la voie publique, la solution la plus simple à mettre en œuvre, mais qui ne peut avoir qu’un seul résultat : le non-respect par le Portugal des objectifs communautaires de préparation au réemploi et au recyclage des déchets urbains de 55 % déjà en 2025 », prévient Zero dans le communiqué.

Et il ajoute qu’il semble certain que le Portugal « continuera à gaspiller des ressources fondamentales pour les sols portugais tout en dépensant de l’argent dans des projets qui ne feront que remplir des décharges ou augmenter la combustion des déchets ».

L’association soutient que le soutien aux systèmes de collecte sélective des biodéchets doit prendre en compte, notamment, s’il s’agit de solutions démontrant de meilleurs taux de captage et nécessitant un suivi régulier des usagers qui compostent à domicile et en collectivité.

Sur les 84 municipalités, choisies au hasard, seules 25 incluent la collecte en porte-à-porte pour les producteurs nationaux, qui est l’un des systèmes les plus efficaces, et parmi celles-ci, seulement dans six le modèle couvre plus de la moitié de la population, avec le reste couvrant moins de 10% de la population, dit Zero.

Au contraire, la plupart des communes optent pour la collecte sur la voie publique, à l’instar des « écopoints », qui auront un faible taux de collecte, il en va de même pour la collecte de proximité (déchets placés dans des sacs d’une couleur spécifique et placés dans des conteneurs indifférenciés), recommande Zéro.

L’association affirme que l’accent mis sur le compostage domestique et communautaire est positif, mais insiste sur le fait que dans ce cas, il est également nécessaire de surveiller et de surveiller en permanence l’utilisation des composteurs.

Selon les règles dictées par l’Union européenne, les États devront veiller à ce que, d’ici le 31 décembre de cette année, les biodéchets soient collectés sélectivement ou triés à la source par la mise en place de solutions de compostage domestique ou de compostage communautaire.

Les biodéchets représentent 40% des déchets produits par les portugais.

Le Régime général de gestion des déchets, qui a transposé la directive, établit la compétence des entités communales et pluricommunales de gestion des déchets pour définir les modalités de gestion des biodéchets et assurer la mise en place de solutions de recyclage à la source et de collecte sélective, rappelle Zéro dans le communiqué.

Les biodéchets sont des déchets qui se dégradent, par exemple ceux produits dans les cuisines, comme les déchets alimentaires.

PF // FPA

Articles récents