S’exprimant lors d’une audition parlementaire dans la spécialité de la proposition de budget de l’État pour 2022, le président de l’ASPP/PSP, Paulo Santos, a défendu que la subvention des risques de la police « ne peut être inférieure » à celle de la police judiciaire (PJ) et Service des étrangers et des frontières (SEF), permettant au syndicat que, s’il n’y a pas de conditions pour une augmentation immédiate des valeurs souhaitées, une augmentation progressive soit effectuée : qu’elle passe à 200 euros en 2022, à 300 en 2023 et à 430 euros en 2024.

« Nous voulons vraiment que cette valeur soit une réalité », a souligné Paulo Santos, notant que « l’état d’esprit » des policiers face à la valeur « établie dans la loi » par le gouvernement est que c’est « un affront » à la classe.

Au vu des objections des gendarmes, le Gouvernement a augmenté la prime de risque, qui était de 31 euros, à 100 euros, mais l’ASPP/PSP considère qu’après tout, l’augmentation réelle est inférieure à 70 euros, c’est pourquoi c’est une  » affront » à la profession.

Le dirigeant syndical a souligné que la mise à jour progressive de la subvention au risque est essentielle pour « remonter le moral des policiers », avertissant que « tant qu’il n’y aura pas de tableaux de rémunération décents et de subvention au risque », ainsi que des changements dans la politique de transfert et la mobilité interne des gardes, il sera « difficile de recruter » des candidats pour la PSP, aggravant le problème du vieillissement de la classe, qui entraîne une perte de « capacité opérationnelle ».

Paulo Santos a signalé que la situation est préoccupante et qu’il y a des policiers avec 10 et 20 ans d’expérience qui recherchent d’autres opportunités professionnelles au sein de la fonction publique, notant qu’il est nécessaire d’améliorer les conditions de salaire et de carrière afin que « les policiers qui continuent donner le corps aux balles peut voir la lumière au bout du tunnel ».

Au cours de l’audition parlementaire, Paulo Santos a également défendu le droit à la préretraite et a averti que les plus de 800 promotions à la carrière principale avaient conduit les agents plus jeunes à dépasser leurs collègues plus âgés, nombre d’entre eux ayant fait appel avec succès aux tribunaux, ce qui lui a donné raison. . .

L’ASPP/PSP a été obligée d’envoyer une copie de la décision de justice définitive qui confirme plusieurs des professionnels plus âgés de la PSP qui ont été lésés par rapport à des collègues plus jeunes.

Le faible salaire d’entrée dans la profession (809 euros) était l’un des facteurs pointés du doigt pour expliquer la difficulté de recrutement et de rajeunissement au sein de la PSP, et cette inquiétude était partagée par des députés du PSD, du PCP mais aussi du PS.

João Dias, du PCP, a révélé que son parti ne manquera pas de présenter des propositions d’amendements à l’OE, notamment en matière de subvention des risques, soulignant que le « danger et la pénibilité » des fonctions policières nécessitent une « revalorisation salariale et de carrière » de police.

Le député communiste a également jugé « incompréhensible » qu’il n’y ait pas de régime d’hygiène et de sécurité au travail pour ces professionnels, promettant de présenter une proposition à cet égard.

FC // SB

Audition de l’Union Association des Professionnels de la Police — ASPP/PSP, dans le cadre de l’examen, notamment, du projet de loi n°

Une cinquantaine de membres du PSP et du GNR ont manifesté ce mardi devant la résidence officielle du premier ministre, à Lisbonne, pour contester la subvention de risque de 100 euros fixée par le gouvernement.

La manifestation, organisée par l’Association des professionnels de la police (ASPP/PSP) et par l’Association des professionnels de la garde (APG/GNR), a servi à montrer le mécontentement des forces de sécurité après la fixation le 3 septembre par le Conseil des ministres de la l’allocation de risque, qui était de 31 euros, en 100 euros, versée en 14 mois.

L’ASPP/PSP et l’APG/GNR conviennent que le versement du complément soit échelonné, mais ils entendent percevoir 200 euros en janvier 2022, une valeur qui passerait à 300 euros en 2023, et atteindrait 400 euros en 2024.

« Notre contre-proposition présentée au Gouvernement était que la subvention du risque serait de 200 euros en janvier 2022 et que, de manière échelonnée, elle atteindrait 400 euros. C’est la valeur que nous estimons juste et qui correspond au risque de notre métier. Le gouvernement ne l’a pas compris et nous a présenté cette valeur de manière insultante. Le président a promulgué un document que nous ne voulions pas voir promulguer », a déclaré le président de l’APG/GNR, César Nogueira.

Le président de l’ASPP/PSP, Paulo Santos, convient que la valeur définie est une insulte à la police et « ne correspond pas à ce qui était nécessaire, à ce qui était attendu, ni à ce que le parlement a imposé au gouvernement de négocier ».

« Le gouvernement a pris un supplément que nous avons déjà et l’a augmenté d’environ 68 euros. Cette valeur ne peut pas être juste pour correspondre à ce qu’est le risque de notre mission. La valeur [do subsídio de risco] ce n’est pas 100 euros, parce qu’ils prennent les 31 euros qui existent déjà », a-t-il expliqué.

Le président de l’APG/GNR, qui ne croit plus au changement de décision du gouvernement, a estimé que la « seule fenêtre ouverte » reste d’agir avec les groupes parlementaires dans la négociation du budget de l’Etat pour que la valeur soit changée.

La concentration, qui a coïncidé avec la publication dans le Diário da República du décret-loi qui fixe la valeur de la subvention, a servi à renforcer la proposition du PSP et de la GNR de fixer la valeur de la subvention de risque pour les professionnels des forces de sécurité en 400 euros jusqu’en 2024, une demande qui a été remise au ministère de l’Administration interne (MAI) lors des négociations et qui n’a pas été acceptée.

Le ministre de l’Intérieur a considéré la mise à jour de la subvention des risques comme « un effort très important » qui représente une dépense annuelle d’environ 50 millions d’euros, et Marcelo Rebelo de Sousa, la semaine dernière, lors de la promulgation du diplôme, a admis qu’il était « en deçà des attentes ». » des syndicats, mais cela signifie « un point de départ qui améliore la situation préexistante, dans un domaine où les revendications des forces de sécurité sont anciennes et justes ».

La manifestation d’aujourd’hui a été marquée par le slogan « payer la subvention souhaitée » et à la fin de la concentration, les dirigeants de l’ASPP/PSP et de l’APG/GNR ont marché avec un énorme chèque avec la valeur de l’augmentation de la subvention définie par le gouvernement pour livrer l’António Costa la proposition rejetée par MAI.

La subvention au risque est l’une des principales et des plus anciennes revendications de la police et l’attribution de ce supplément est prévue dans le budget de l’État de cette année, dans une décision des partis d’opposition et non du gouvernement.

+ Exclusivités

Le contenu Association of Police Professionals insiste pour augmenter la subvention de risque jusqu’à 430 euros en 2024 apparaît en premier dans Visão.