« Mon Luís est un enfant très actif, un enfant très heureux qui aime vraiment monter à cheval », a déclaré Mariana Pipa, mère du jeune de 17 ans ayant des besoins spéciaux, à l’agence de presse Lusa.

Dès qu’il entre dans l’arène, Luís leur laisse mettre son casque d’équitation et court vers « Larápio », le petit cheval que la GNR utilise dans les séances d’hippothérapie, qui ont lieu les mardis et jeudis.

C’est une méthode thérapeutique qui utilise l’interaction avec les chevaux pour améliorer ou développer le fonctionnement cognitif, émotionnel ou physiologique des personnes handicapées.

« Ça a des avantages en terme de motricité, en terme d’équilibre, en terme de sortie de l’école pour aller ailleurs faire d’autres activités. Il n’y a que des avantages. Cela ne profite qu’à mon fils et à d’autres comme mon fils », a souligné Mariana Pipa.

Et c’est aussi une thérapie qui est désormais disponible près de chez soi, grâce au protocole qui réunit la mairie de Chaves et la Garde nationale républicaine.

Avant, Mariana Pipa emmenait son fils dans des centres équestres à Valpaços et Verín (Espagne).

« C’était toujours à mon initiative et à mes frais. Je pense que c’était un devoir de fournir à mon fils différentes choses qui étaient bonnes pour lui », a-t-il déclaré.

En raison de la pandémie, les frontières se sont fermées et mère et fils n’ont plus pu se rendre à Verín, une situation que Mariana Pipa a qualifiée de préjudiciable pour le jeune homme.

«Bien sûr que oui. Cela faisait deux ans que mon fils nous manquait cruellement. Vous pouvez voir son bonheur à cheval », a-t-il souligné.

Cette mère de famille a aussi dit s’être battue « beaucoup » pour créer « enfin » ce type de service à Chaves.

« Au début, il est un peu agité, mais ensuite il aime ça », a déclaré Ana Medeiros, mère d’un autre jeune de 19 ans, également nommé Luís.

La mère accompagne le jeune homme dans des séances d’hippothérapie et raconte qu’au début, elle pensait même qu’il « n’y arriverait même pas ».

C’était la troisième séance pour Luís Medeiros, qui a dit à Lusa qu’il aimait l’animal, qu’il n’avait pas peur et qu’il voulait le répéter. Le jeune homme est un utilisateur de Cerci Chaves – Coopérative d’éducation et de réadaptation pour les citoyens handicapés.

« Les avantages sont nombreux, au niveau moteur, mis à part l’équilibre voire la tonicité et aussi la notion même de leur corps », précise Beatriz Fernandes, psychomotricienne, qui accompagne les utilisateurs de Cerci dans ces séances.

Le spécialiste a également souligné l’importance « de la coexistence », soulignant qu' »ils ne se sont pas vus depuis longtemps », puisque, à cause du covid-19, les jeunes sont restés chez eux.

« C’est un projet qui ne fait que commencer, petit à petit ils gagnent en résistance et gagnent ainsi. Au début, ils se penchent beaucoup en avant ou sur le côté, ils ont un peu peur, mais ensuite ils s’améliorent et les avantages se répercutent sur la vie de tous les jours. Toute la partie de l’équilibre, d’entre eux se déplaçant plus rapidement, est transportée dans toutes les activités quotidiennes », a expliqué Beatriz Fernandes.

Dans l’arène, vous pourrez caresser le cheval et assister aux soins de l’animal, au lavage et au nettoyage des sabots.

À l’heure actuelle, 39 utilisateurs, âgés de 6 à 66 ans, de quatre IPSS sont inscrits à l’initiative.

Le lieutenant Miguel Teixeira, du détachement territorial de Chaves, a expliqué que, selon le protocole, le GNR fournit l’arène, le cheval avec des caractéristiques spécifiques pour ce type de thérapie et les maîtres-chiens.

La chambre est chargée d’identifier et d’acheminer les destinataires, enfants et jeunes en situation de handicap, liés à des Institutions Privées de Solidarité Sociale (IPSS) ou scolaires.

Miguel Teixeira a déclaré qu’avec ce nouveau service, le GNR « se rapproche des populations » et, avec la municipalité, apporte un soutien aux institutions locales et aux citoyens.

Le lieutenant a également expliqué que le cheval était « préparé spécifiquement pour ce type de séances ».

« C’est un service différent. Grâce au contact avec le cheval, nous essayons d’offrir aux personnes, dans ce cas avec un certain degré de handicap, une meilleure qualité de vie dans leur vie quotidienne », a déclaré Vítor Santos, chef de la garde de l’escadron de cavalerie GNR.

Le soldat a expliqué que le « Larápio » est un « cheval plus docile » qui comprend « qui le monte » et qui « comprend l’état d’esprit du cavalier ».

C’est l’un des gardiens qui combine désormais des séances d’hippothérapie avec une activité régulière au GNR, à savoir des patrouilles à cheval.

L’escadron de cavalerie Chaves compte neuf soldats et cinq chevaux et patrouille dans la zone d’intervention de la GNR dans le district de Vila Real.

PLI // JAP