La campagne, qui vise à diffuser plus de 1,3 million de «  tags '' avec le message #haunitatimorleste – nombre approximatif de la population du pays – veut capitaliser sur le fait que le Timor-Leste est isolé pour promouvoir le tourisme intérieur, tant pour les Timorais en tant qu'étrangers.

L'initiative a été lancée aujourd'hui par le Ministre timorais du tourisme, du commerce et de l'industrie, José Lucas da Silva, et par l'ambassadrice des États-Unis à Dili, Kathleen Fitzpatrick, avec le lancement d'un salon du tourisme qui se terminera par la remise des premiers prix à “ Champions du tourisme ».

Réitérant l’importance des partenariats avec le secteur privé pour le développement du tourisme timorais, Lucas da Silva a déclaré que ce travail était «crucial» pour la promotion nationale et internationale.

Fitzpatrick a salué les efforts des opérateurs du secteur privé ces dernières années pour promouvoir le tourisme dans le pays, en particulier dans des secteurs tels que la plongée, la mer et le tourisme d'aventure.

Soulignant la beauté naturelle du pays, Fitzpatrick a souligné l'importance de la biodiversité marine, qui est déjà l'une des principales attractions nationales et internationales du secteur encore émergent.

La campagne est promue par le projet Tourism for All de la coopération des États-Unis, de l'USAID et du gouvernement, pour renforcer les partenariats dans le secteur, maximiser le potentiel des touristes nationaux et montrer «que le tourisme est un problème de tout".

Avec le pays fermé aux vols commerciaux et aux restrictions dues à la pandémie de covid-19, le pari est d'encourager le tourisme domestique, avec des actions de promotion interne, en essayant de montrer que «le tourisme implique les secteurs de l'hôtellerie, de la marine et du voyage, mais aussi le restaurants et cafés ».

La population timoraise voyageant plus que jamais, la campagne se concentre également sur la promotion de l'idée de «l'amour du pays, à travers le tourisme» et de «la fierté nationale montrant des lieux, coutumes, traditions et destinations plus ou moins connus. ».

Le «tag» #hauniatimorleste vise à créer un message unifié du marché, dans lequel chacun peut faire ses campagnes, mais dans un «effort» de marketing mondial conjoint, selon les promoteurs.

La campagne comprend des voyages avec des journalistes – un premier a déjà été fait sur l'île d'Ataúro, à laquelle Lusa était invitée – et plusieurs initiatives en septembre autour de la Journée mondiale du tourisme, avec une exposition, un spectacle et un gala samedi, où des prix seront remis aux «champions» du secteur.

Bien que les gouvernements timorais successifs aient insisté sur le fait que le secteur du tourisme soit l’un des secteurs importants pour la diversification économique du pays, les investissements publics dans ce domaine ont été pratiquement nuls.

Les opérateurs privés sont confrontés à un manque de soutien gouvernemental, y compris en termes d'infrastructures de base telles que les pontons pour l'accès aux bateaux de plaisance, de meilleurs services d'électricité dans les zones plus fréquentées, comme l'île d'Ataúro.

La proposition de budget général de l'État (OGE) pour 2020, actuellement débattue au Parlement national, ne consacre aucun montant aux infrastructures touristiques et ne prévoit que 700 mille dollars (595 mille euros) de dépenses en 2021.

Le ministère du Tourisme, du Commerce et de l'Industrie lui-même n'a prévu pour cette année qu'un budget de 4,3 millions de dollars (3,6 millions d'euros), dont plus d'un tiers en salaires et traitements et une grande partie dans le fonctionnement interne.

ASP // JMC

Le contenu La campagne de tourisme domestique au Timor-Leste officiellement lancée à Dili apparaît d'abord à Visão.