« [A acusação não representou] aucun empêchement. Le Dr Pedro Fonseca est un professionnel que nous connaissons tous, c’est un homme sérieux, intègre. Il avait deux décisions judiciaires de haut calibre qui ont mis à nu l’accusation qui était portée contre lui. Sans cela, peut-être avions-nous déjà pris des décisions concernant son choix pour assumer ces fonctions », a déclaré le directeur national de la PJ, Luís Neves.

Le chef de la PJ s’exprimait à la fin de la cérémonie d’investiture de Pedro Fonseca en tant que directeur de l’Unité nationale de lutte contre la corruption et de João Oliveira en tant que nouveau directeur de la Direction de Lisbonne et de la vallée du Tage, qui s’est déroulée aujourd’hui au siège de cette police, à Lisbonne.

« Nous sommes absolument calmes. Nous connaissons les personnes que nous avons choisies, les nouveaux dirigeants. La décision de la cour d’appel de Lisbonne par rapport à cette affaire est absolument éclairante, elle peut être consultée par tout le monde, nous n’avons donc rien de plus à dire. C’est une personne en qui nous avons tous confiance, tout le monde a confiance et le fait est que plusieurs magistrats étaient là lorsqu’il a pris ses fonctions », a déclaré Luís Neves.

La cour d’appel de Lisbonne a décidé en avril de traduire en justice les journalistes Carlos Lima et Henrique Machado pour violation du secret de la justice, infirmant la décision du juge d’instruction Carlos Alexandre, qui avait abandonné l’acte d’accusation.

L’arrêt de la Cour d’appel a toutefois confirmé la décision du juge du Tribunal central d’instruction criminelle (TCIC) de ne pas prononcer pour jugement le troisième prévenu dans l’affaire, l’inspecteur de la police judiciaire (PJ) Pedro Fonseca, à l’époque coordinateur de l’Unité de la Police Nationale de Lutte contre la Corruption (UNCC) et qui a été accusé d’abus de pouvoir, de violation du secret judiciaire et de faux témoignage.

Interrogée par des journalistes pour savoir si Saudade Nunes, jusqu’alors directrice de l’UNCC, a quitté le poste qu’elle occupait « de ses propres pieds », la directrice de la PJ a répondu que « bien sûr qu’elle part ».

« J’avais un mot de remerciement pour vos années de travail à la tête de l’unité. Il y a des moments dans l’institution où des changements se produisent. Il s’agit d’un changement tout à fait naturel et normal dans l’institution », a déclaré Luís Neves.

Dans son discours d’investiture lors de la cérémonie, Pedro Fonseca a défendu que « de nouvelles fonctions et de nouveaux pouvoirs amènent toujours de nouvelles responsabilités » et qu’être dirigeant de la PJ « n’est pas un poste, mais un engagement » auprès de cette police.

Il a également défendu une « attitude d’ouverture », avec « une culture de dialogue interne et externe qui côtoie désormais une culture de contrôle ».

IMA (JGO/FC/ARA) // JMR