1-1-e1669908198824-png
14020572_wm-6998657-9166725-jpg

La retenue à la source sera revue pour s’assurer que les travailleurs ne sont pas pénalisés

Les grilles de retenues à la source du premier semestre seront revues pour s’assurer que les salariés majorés ne seront pas pénalisés par ces augmentations, a annoncé aujourd’hui le secrétaire d’Etat aux Fiscalités à l’issue d’une rencontre avec le Fesap.

« Ce que nous avons vu ici lors de cette réunion était un cas spécifique qui concerne les assistants opérationnels et les assistants techniques », a déclaré Nuno Santos Félix aux journalistes après une réunion avec la Fédération des syndicats de l’administration publique (Fesap) et qui comprenait le ministre des Finances, Fernando Medina.

Le responsable a souligné que ces cas sont dans une « proximité de positions » dans les tableaux de rétention dans lesquels « une augmentation de revenu peut correspondre à une augmentation de rétention ».

Le secrétaire d’État a ajouté que le gouvernement a proposé et approuvé dans le budget de l’État pour 2023 « un changement structurel dans le mode de calcul des retenues » et qui entrera en vigueur au second semestre.

Pourtant, au premier semestre, il y a une période « d’adaptation par les entreprises, par les opérateurs économiques » à ce système de rétention, mais Nuno Santos Félix a garanti que ce problème sera corrigé « prochainement ».

Les modifications entreront en vigueur rétroactivement au 1er janvier 2023 et, dans certains cas, il ne devrait pas être possible de réduire la retenue de ce mois, car certains salaires ont déjà été traités.

«Au cours de ce mois, les entités publiques, en règle générale, auront déjà traité leurs salaires. Donc ce qu’on va faire, c’est ces rectifications dès que nécessaire, mais ensuite en rétroagissant leurs effets au 1er janvier.

Le secrétaire d’État a souligné que, bien que le changement ait été apporté « par rapport à la question spécifique des assistants techniques et opérationnels, cela se reflète à la fois dans le secteur public et privé, puisque les tableaux sont les mêmes pour tous les travailleurs ».

À la fin de la réunion, le secrétaire général de la Fesap, José Abraão, a salué la performance du ministère des Finances, qui a garanti les changements.

« Nous avons détecté des problèmes dans les deuxième, troisième et quatrième positions du tableau de retenue à la source de l’IRS et le ministre des Finances – où se trouvait également le secrétaire d’État aux Affaires fiscales – nous a dit que nous avions raison, et quand nous avions raison, il nous a assuré que les tables allaient être changées », a noté le secrétaire général de la fédération syndicale.

Selon José Abraão, avec ce changement, les cas signalés pourraient avoir « un gain supérieur, en termes nets, au salaire minimum national, à 25 euros ».

Saluant la rapidité avec laquelle le problème soulevé en début de semaine par la fédération syndicale a été résolu, José Abraão a souligné qu’il s’agissait d’un « problème fiscal, pas d’un problème de carrière ».

« Toutes les autres situations qui peuvent survenir peuvent être corrigées, et nous devons simplement dire que la rapidité avec laquelle ce problème a été corrigé – éviter et corriger les injustices qui étaient sur la table – est une raison de considérer qu’il y a une ouverture dans ce ministère à traiter ce problème et d’autres avec la rapidité avec laquelle celui-ci a été traité », a-t-il renforcé.

José Abraão a ajouté qu’avec ces modifications des tables, « les gens retiendront moins d’argent, et cela améliorera le revenu net ».

« Pour nous, il était totalement inacceptable qu’il y ait des travailleurs qui gagnaient en dessous du salaire minimum national », a-t-il estimé.

JO // EA

Articles récents