Le traditionnel défilé commémoratif du 25 avril 1974 reviendra sur l’Avenida da Liberdade, avec certaines règles définies par la direction générale de la santé, a confirmé aujourd’hui le colonel Vasco Lourenço à Lusa.

Le président de l’Association 25 de Abril, l’une des entités qui constitue la commission de promotion du défilé (qui en 2020 n’a pas eu lieu en raison du contexte sanitaire provoqué par le nouveau coronavirus) a également déclaré qu’un communiqué avec plus de détails sur ces règles sera publié et comment le défilé de samedi se déroulera dans un contexte de pandémie.

Le comité d’organisation a été en contact avec les autorités ces dernières semaines, à savoir la direction générale de la santé (DGS), la police de sécurité publique (PSP) et le conseil municipal de Lisbonne pour régler les détails, ayant reçu aujourd’hui un «  feu vert  » pour avance.

Le 6 avril, dans des déclarations à Lusa, le responsable a déclaré que le défilé pourrait avoir un chemin légèrement plus court que d’habitude, se terminant à Restauradores au lieu de Rossio, comme c’est traditionnel, car dans ce domaine, le chemin peut «rétrécir» et maintenir les règles de sécurité » serait plus compliqué », a-t-il expliqué.

À l’époque, Vasco Lourenço a déclaré que le PS, le PCP, le Bloco de Esquerda, le Parti écologique «Os Verdes» et Livre, ainsi que la CGTP (Confédération générale des travailleurs portugais – National Intersindical), qui font partie de la commission, ont montré leur volonté tenir le défilé, dans les règles établies.

« Lorsque la décision a été prise, il n’y avait qu’une seule association qui s’est manifestée, en disant qu’à cause d’eux, parce qu’ils sont essentiellement vieux, ils ne participeraient pas au défilé, même s’ils soutiennent toutes les autres initiatives qui sont faites », a poursuivi le officiel faisant référence à l’Association des retraités, retraités et retraités (APRE).

Après cela, a-t-il dit, l’UGT (União Geral de Trabalhadores) a également «fait savoir aux membres de la commission de promotion qu’elle ne participerait pas au défilé car elle considère qu’il n’y a pas de conditions».

En plus du défilé, l’Assemblée de la République répétera cette année lors de la séance solennelle commémorant le 47e anniversaire du 25 avril 1974 le modèle restrictif de fréquentation qui a été adopté dans le passé en raison de l’épidémie de covid-19.

L’association 25 de Abril sera représentée à cette session solennelle par les trois présidents des organes directeurs, à savoir, le président du conseil d’administration, le colonel Vasco Lourenço, le président de l’Assemblée générale, l’amiral Artur Junqueiro Sarmento et le responsable de le Conseil de Surveillance, le général Luís Augusto Sequeira, qui était présent à la cérémonie de l’année dernière.

En 2020, le 46e anniversaire du 25 avril a été célébré différemment, sans défilé et avec une session solennelle réduite au parlement. La décision de maintenir la session solennelle de l’Assemblée de la République en état d’urgence a suscité une controverse, à l’intérieur et à l’extérieur du parlement, avec deux pétitions en ligne, l’une pour l’annulation et l’autre en faveur de la session solennelle, rejoignant des centaines de milliers de signatures.

La plupart des partis ont convenu de tenir une session adaptée aux restrictions de la pandémie – le CDS et Chega étaient contre et le PAN et l’Initiative libérale ont préféré un autre format de célébrations – lors d’une cérémonie qui n’a eu lieu que quatre fois au cours des quatre dernières décennies.

Le 25 avril 1974, un mouvement de capitaines renversa la dictature de 48 ans de Marcelo Caetano, chef du gouvernement, et d’Américo Tomás, président de la République, un coup d’État qui se transforma en révolution, la «révolution des œillets».