La fille d'une utilisatrice de la maison de repos de l'Irmandade de Santa Cruz, à Braga, a dénoncé aujourd'hui qu'en 2018 elle devait payer une «donation» de 10 000 euros pour un poste vacant, contredisant une accusation du ministère public.

Le ministère public (MP) a accusé un ancien fournisseur de cette confrérie d'avoir "demandé ou exigé" le paiement de sommes d'argent pour l'admission des utilisateurs à la maison de retraite, mais a indiqué que cette procédure avait pris fin en 2017, après l'entrée du nouveau fournisseur. .

En février 2018, cependant, et selon Lusa Maria Pereira Reis, la confrérie a demandé un don de 10000 euros en contrepartie de l'admission de la mère au foyer.

«Le directeur technique m'a dit qu'il y avait un poste vacant pour ma mère, à condition qu'elle accepte leurs conditions. Et les conditions impliquaient de faire un don de 10 000 euros, censé améliorer la qualité des services fournis », a-t-il déclaré.

Lusa a eu accès au reçu délivré par la confrérie, qui représente un «don» de 10 001,54 euros.

Une autre condition était le paiement d'une redevance mensuelle de 700 euros.

La fille était convaincue que la sienne ne devait pas être «plus ou moins un cas unique».

Il a ajouté que la famille s'apprêtait à déposer une plainte auprès du ministère public contre la confrérie, pour de prétendues «violations constantes» de la loi.

Selon l'accusation, à laquelle Lusa a eu accès, la Confrérie est également accusée dans le cadre de ce processus.

Le député a accusé les deux prévenus d'un crime de corruption passive dans le secteur privé.

L'accusation indique qu'à partir de 2017, et déjà avec le fournisseur actuel, le directeur technique a cessé de suggérer la livraison de tout montant, car le nouvel officier "a également cessé d'émettre des ordres à cet égard".

Lusa a essayé d'écouter le fournisseur actuel, Luís Rufo, mais sans succès jusqu'à présent.

Dans le cadre du processus impliquant l'ancien prestataire, le ministère public affirme qu'avec "l'exigence" de dons, la confrérie a agi "malgré tous les impératifs légaux".

Il rappelle le cas de 12 utilisateurs, qui auront payé entre 7 500 et 40 000 euros pour garantir une place à la maison.

Avec cette «activité criminelle», ajoute l'accusation, la confrérie a obtenu un avantage patrimonial de 297 500 euros, un montant que le ministère public souhaite que l'ex-pourvoyeur et la confrérie soient condamnés à payer à l'Etat.

VCP // LIL

Le contenu Irmandade de Braga a demandé un «don» de 10 000 euros en 2018 pour accepter une femme âgée à la maison apparaît d'abord à Visão.