Le gouvernement chinois a ouvert aujourd'hui le bureau de la sécurité nationale à Hong Kong, huit jours après l'entrée en vigueur de la nouvelle législation imposée à Pékin dans la région, a rapporté l'agence de presse officielle Xinhua.

Le nouvel organe, placé sous la tutelle du gouvernement chinois et non soumis aux organes judiciaires de Hong Kong, «supervisera, guidera, coordonnera et soutiendra» l'exécutif de Hong Kong sur les questions de sécurité nationale, tout en «faisant des propositions de stratégies et de politiques suivre », a-t-il indiqué.

Xinhua a ajouté que "le Cabinet rassemblera et analysera également des informations sur la sécurité nationale et traitera les délits menaçant la sécurité nationale".

Le chef de la direction de Hong Kong, Carrie Lam, a qualifié l'ouverture du Bureau de défense de la sécurité nationale d'un "moment historique", qui permettra aux agents de renseignement chinois d'opérer ouvertement sur le territoire.

"La cérémonie d'inauguration d'aujourd'hui est un moment historique, alors que nous assistons à une nouvelle étape dans la mise en œuvre d'un système juridique et d'un mécanisme qui maintiendront la sécurité nationale à Hong Kong", a-t-il déclaré.

L'installation de cet organe dans la région semi-autonome chinoise relève de la loi de sécurité de Hong Kong, promulguée par l'Assemblée populaire nationale de Chine, et sans passer par le Conseil législatif local, avec une autonomie judiciaire par rapport à Pékin.

La loi, entrée en vigueur le 30 juin, établit des peines de réclusion à perpétuité pour les cas de "sécession, subversion contre le pouvoir de l'État, activités terroristes et collusion avec des forces étrangères pour mettre en danger la sécurité nationale".

Cette semaine, et en vertu de la nouvelle loi, la police de Hong Kong a été habilitée à appliquer la nouvelle législation, contestée par des avocats, des militants et des journalistes, entre autres.

Le document est intervenu après les avertissements répétés du pouvoir communiste chinois contre la dissidence à Hong Kong, secoués en 2019 par sept mois de manifestations pour la défense des réformes démocratiques et souvent marqués par des affrontements avec la police, qui ont conduit à l'arrestation de plus de neuf mille personnes. .

Hong Kong est retourné en Chine en 1997 dans le cadre d'un accord qui garantissait au territoire 50 ans d'autonomie et de libertés inconnues du reste du pays, selon le principe «Un pays, deux systèmes».

Comme à Macao depuis 1999, Hong Kong a convenu d'une période de 50 ans avec un degré élevé d'autonomie, au niveau exécutif, législatif et judiciaire, le gouvernement central chinois étant responsable des relations extérieures et de la défense.

JPI // EJ

Le contenu La Chine ouvre un bureau pour la sécurité nationale à Hong Kong apparaît pour la première fois dans Vision.