Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a félicité aujourd'hui le président américain Donald Trump d'avoir imposé des sanctions à la Cour pénale internationale (CPI), "hostile à Israël".

«Je tiens à féliciter le président Trump et le secrétaire d'État (Mike) Pompeo pour leur décision d'imposer des sanctions à la CPI. Le Tribunal de La Haye est une entité politique hostile à Israël, aux États-Unis et à d'autres démocraties qui respectent les droits de l'homme tout en ignorant les autres pays qui violent les droits de l'homme, en particulier – bien sûr – le régime terroriste de l'Iran ", a déclaré Netanyahu aux journalistes, au début d'une réunion du Conseil des ministres.

Netanyahu a déclaré qu'il pensait que le tribunal "portait des accusations absurdes contre l'État d'Israël, notamment la suggestion scandaleuse que la présence de Juifs au cœur de la patrie constitue un crime de guerre", se référant aux colonies dans le territoire palestinien occupé, illégale au regard du droit international.

Les critiques de la cour contre les accords "violent le bon sens, violent le droit international depuis la Conférence de San Remo il y a cent ans et violent la justice", a ajouté Netanyahu.

"Je remercie à nouveau le président Trump et l'administration américaine pour leur soutien à la vérité et à la justice", a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement israélien voterait aujourd'hui sur la conclusion d'un accord, appelé "Ramat Trump", en territoire syrien occupé. Golan Heights, que Trump a reconnu comme israélien contre le consensus de la communauté internationale.

La CPI a jugé les sanctions "inacceptables", les qualifiant de "tentative d'ingérence dans l'état de droit".

Ce sont des sanctions économiques et des restrictions de visa pour les procureurs de La Haye dédiés à enquêter sur les troupes américaines dans la guerre en Afghanistan.

Parmi les mesures figurent le blocage des propriétés que ces employés peuvent avoir sous la juridiction des États-Unis.

Les États-Unis n'acceptent pas la compétence de la CPI, un tribunal qui n'a le pouvoir d'exercer sa compétence que lorsque les autorités du pays en question ne mènent pas d'enquêtes crédibles sur les crimes de guerre ou les crimes contre l'humanité présumés.

JME // JPS