« Je tiens ici à saluer la décision prise par la Commission européenne, dans la lignée de la décision défendue à Ecofin par la présidence portugaise de maintenir la suspension des clauses du pacte de stabilité au cours de l’année 2022 et que sa réévaluation soit effectuée » .

Le Premier ministre a rappelé que le Portugal défend qu' »à l’automne, il est possible d’avancer dans la réflexion qui a été initiée sous la présidence portugaise sur l’avenir de ces règles ».

« Aujourd’hui, il existe un très large consensus sur le fait qu’après deux crises économiques et plus de 20 ans d’expérience accumulée dans la gestion de ces règles, il est temps de les réévaluer et, par conséquent, je suis convaincu que la présidence slovène poursuivra la réflexion engagée. .par la présidence portugaise et la présidence française ne manqueront pas de placer ce thème comme thème central », a assuré António Costa.

Aujourd’hui également, le ministre d’État et des Finances, João Leão, s’est félicité, dans des déclarations à Lusa, de la suspension des règles budgétaires de la Commission européenne jusqu’en 2022, la considérant comme « un succès » de la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne. .

« Nous nous félicitons de l’annonce de la Commission européenne de maintenir la clause de sauvegarde active en 2022. Un nouveau succès de la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne », a estimé le ministre des Finances dans des déclarations à l’agence Lusa.

João Leão a noté que le maintien de la suspension « est essentiel pour donner la flexibilité nécessaire aux États membres pour placer la reprise économique au centre de leurs priorités ».

« Nous sommes convaincus que le pire est passé. La reprise est déjà en cours, mais maintenant nous devons nous assurer que les politiques de stimulation de l’économie sont aussi complètes que les mesures d’urgence l’étaient pendant la pandémie », a déclaré le gouverneur à Lusa.

La Commission européenne a confirmé aujourd’hui que les règles de discipline budgétaire inscrites dans le pacte de stabilité et de croissance resteront temporairement suspendues en 2022, afin de permettre aux États membres de faire face aux effets de la crise du covid-19.

La décision a été prise aujourd’hui par le Collège de la Commission, dans le cadre de l’adoption du « paquet de printemps » du semestre européen de coordination des politiques économiques et budgétaires, et doit maintenant être validée par le Conseil des ministres des finances de l’UE (Ecofin) , actuellement sous présidence portugaise jusqu’à fin juin.

Rappelant que la clause de sauvegarde du Pacte de stabilité et de croissance (PSC) – qui suspend temporairement les règles de discipline sur des sujets tels que le déficit et la dette publique – a été activée en mars 2020, pour permettre aux États membres de réagir rapidement et d’adopter des mesures d’urgence pour atténuer les impact économique et social sans précédent de la crise du covid-19, la Commission a estimé aujourd’hui que l’économie européenne continuera d’avoir besoin de soutien au cours de l’année à venir, n’anticipant ainsi la désactivation de la clause qu’en 2023.

ALYN (JE/ACC/ANE) // MSF