Le prix moyen de vente au public (PVP) de l’essence simple a augmenté de 1,7% en juin, par rapport à mai, « représentant la septième hausse consécutive » au Portugal, mais le poids des marges de vente a diminué, selon l’ERSE.

Dans un bulletin publié aujourd’hui, l’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) a déclaré qu’en juin, « le PVP moyen de l’essence simple 95 a augmenté (+1,7 %) par rapport à mai, ce qui représente la septième augmentation consécutive » et que « la composante de la Le PVP le plus important correspond aux taxes, qui représentaient en mai environ 58,8 % de la facture totale d’essence ».

Dans le même temps, « la cotation internationale et le fret correspondant représentent désormais 26,0 %, reflétant l’augmentation des cotations internationales des alcools légers ».

En revanche, « la composante de la marge de commercialisation a diminué de 0,2% », et « les composantes de la logistique, des réserves et de l’incorporation des biocarburants n’ont pas subi de changements significatifs ».

Dans le même temps, « le PVP pour le diesel simple a augmenté (+2,4%) en juin, ajoutant la deuxième hausse consécutive depuis la correction d’avril ».

Encore une fois, selon l’entité dirigée par Maria Cristina Portugal, « la plus grande part du PVP payée par le consommateur correspond à la composante fiscale, suivie de la valeur de la cotation internationale et de l’expédition, qui a augmenté conformément au comportement des marchés internationaux. « .

De son côté, « le poids de la composante marge de commercialisation du PVP du gazole simple a légèrement diminué en juin par rapport au mois précédent », a indiqué l’ERSE, et « les composantes les moins exprimées dans la formulation des prix, à savoir l’incorporation de biocarburants, la la logistique et la constitution des réserves stratégiques n’ont pas subi de changements significatifs », lit-on dans le bulletin.

Dans le cas du GPL auto, en juin, le prix moyen de vente au public « a baissé par rapport à mai (-1,1 %) », et « les taxes et la marge commerciale représentent environ 78 % du prix supporté par le consommateur ».

« La composante cotation et fret a augmenté dans la composition du PVP par rapport à mai. La composante fiscale est restée inchangée par rapport au mois précédent. La plus petite composante du prix moyen de vente au public reste la logistique et la constitution de réserves, à l’instar de ce qui se passe avec les autres carburants routiers », a indiqué l’ERSE.

Enfin, selon le régulateur, en juin « il y a eu une actualisation de 1,6 % et 1,1 % du prix moyen de vente au public pour les bouteilles les plus vendues (G26) de gaz propane et butane ».

L’ERSE a également révélé que « la consommation de carburants dérivés du pétrole, compte tenu de l’essence, du diesel, des jets et du GPL, a augmenté (3,7 %), [em junho] maintenir la trajectoire haussière entamée en février ».

La semaine dernière, le gouvernement a approuvé un projet de loi qui permettra à l’exécutif de limiter les marges dans la vente de carburants par le biais d’une ordonnance, s’il considère qu’elles sont trop élevées « sans justification », selon le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat, João Pedro Matos Fernandes.

La marge des fournisseurs, à fin juin, était de 36,6% supérieure pour l’essence et de 5% pour le diesel à la marge moyenne pratiquée en 2019, selon une étude de la Filière nationale de l’énergie (ENSE), publiée le 14 juillet et qui a servi de base à la décision du gouvernement.

« Mercredi 30 juin 2021, la marge calculée sur l’essence était supérieure à la marge moyenne pratiquée en 2019 de 0,069 euro (soit +36,62%). Dans le cas du diesel, la marge au dernier jour de juin était de 0,01 euro supérieure à la moyenne de l’année 2019 (soit +5,08%) », a annoncé l’ENSE, qui est supervisée par le ministère de l’Environnement et de l’Action pour le climat.

ALYN // JNM

Teneur en essence unique avec une 7e augmentation consécutive en juin, mais le poids de la marge a baissé – ERSE apparaît en premier à Visão.