«Avec l’année scolaire en cours, environ six millions de ‘coupons’ ont été émis via la plateforme MEGA, et il est prévu que les mouvements qui se produisent encore, par les écoles, seront très résiduels. Le pourcentage de rachats avoisine déjà les 80 %, ce qui signifie que l’écrasante majorité des tuteurs et/ou élèves ont récupéré les manuels mis à disposition gratuitement par le ministère de l’Éducation », a indiqué le ME dans un communiqué.

Les bons pour les manuels neufs sont utilisés par les familles dans les librairies participantes qu’elles choisissent pour récupérer les manuels gratuits, tandis que ceux pour les manuels réutilisés sont collectés dans les écoles fréquentées par les élèves.

La tutelle met en évidence le fonctionnement de la plateforme Manuels scolaires gratuits (MEGA) de manière « toujours plus fluide et efficace », permettant la fourniture de manuels scolaires à un univers d’environ un million d’élèves.

Les cours ont commencé jusqu’au vendredi de la semaine dernière et à l’époque, les librairies et les éditeurs ont admis des retards de plusieurs semaines dans la livraison des manuels, ce qui pourrait conduire à des étudiants toujours sans livres début octobre.

S’adressant à Lusa, un responsable de deux librairies à Lisbonne a signalé des retards dans la livraison des manuels commandés début septembre, avec des milliers de livres encore à livrer, certains épuisés et de nouvelles commandes à venir.

Dans un communiqué publié en août, l’Association portugaise des éditeurs et libraires (APEL) a déjà admis la possibilité de « difficultés d’approvisionnement des librairies ».

« Imprimer les livres et les distribuer à travers le pays, atteignant plus de 600 000 familles, est un processus logistique extrêmement complexe qui nécessite plus de temps que les éditeurs n’en ont fourni cette année, ce qui met une pression énorme sur toutes les structures et sur les ressources humaines », a ajouté le Groupe Porto Editora, soulignant la nécessité de connaître plus tôt les besoins d’impression des nouveaux livres.

Les libraires se sont également plaints d’un dysfonctionnement de la plateforme MEGA, qui ne permettait pas l’émission de « bons » pour différentes disciplines en même temps.

Le ME a précisé à l’époque que la situation n’est pas anormale et que les écoles soumettent les données nécessaires sur la plate-forme au fur et à mesure qu’elles choisissent des livres pour les différentes matières.

Entre mardi et vendredi de la semaine dernière, les quelque 1,2 million d’élèves de l’enseignement obligatoire sont tous officiellement retournés à l’école pour une autre année dans un environnement pandémique et les règles strictes de contrôle de la contagion de covid-19, où la priorité sera la reprise des apprentissages.

IMA (MYCA) // HB

Le contenu Environ 80 % des six millions de « bons » pour les manuels ont déjà été échangés apparaissent en premier dans Vision.