L’Inspection générale de l’agriculture, de la mer, de l’environnement et de l’aménagement du territoire (IGAMAOT) a révélé aujourd’hui qu’en 2020, 1 952 entreprises ont été inspectées et des infractions détectées dans 21%, dans le cadre du Plan national d’inspection et d’inspection de l’environnement.

Lors de la séance de présentation des résultats du Plan National d’Inspection et d’Inspection Environnementale (PNFIA) de 2020, l’inspecteur général de l’IGAMAOT, José Brito e Silva, a souligné que « le taux d’exécution global s’élevait à 76,97 % ».

L’année dernière, 1 952 « cibles » ont été inspectées et 449 de ces infractions ont été détectées et des avis ont été émis, « ce qui signifie que 21% des cibles inspectées étaient des situations d’infractions », a souligné José Brito e Silva.

Selon le responsable, en 2020, l’IGAMAOT a réalisé « 680 actions et collecté 298 enregistrements » et la Direction générale de l’énergie et de la géologie (DGEG) a effectué « 213 inspections et collecté 15 enregistrements ».

La Commission régionale de coordination et de développement (CCDR) de l’Algarve « a réalisé sept actions et n’avait aucun dossier », la CCDR de Lisbonne et Vale do Tejo (LVT) a réalisé « 118 actions et a relevé 21 dossiers », la CCDR du Centre « a réalisé 104 actions et relevé 39 records » et le CCDR do Norte a déposé « 77 actions et soulevé huit reportages ».

« Nous avons les résultats ‘macro’, mais je sais quels sont ces records et quelles sont ces infractions. Le PNFIA nous permet de le savoir et c’est le grand secret », a souligné José Brito e Silva, ajoutant que cet instrument stratégique dans l’action des services environnementaux est « absolument indispensable ».

L’inspecteur général de l’IGAMAOT a toutefois rappelé que les amendes et les convocations « ne corrigent pas la situation environnementale », défendant la nécessité de mettre en œuvre des « mesures conservatoires ».

Lors de la séance, le président du CCDR do Norte, une commission qui avait « un taux d’exécution de 100 % » du plan, a souligné qu’il se démarque « parce que différentes autorités travaillent à partir de la même base de données ».

« Cette pratique est inspirante », a souligné António Cunha, notant que même en année de pandémie, il était « possible d’obtenir des résultats ».

Également présent à la présentation des résultats, le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat, João Pedro Matos Fernandes, a souligné l’exécution à 100 % du plan dans la région du Nord.

« L’IGAMAOT a voulu mettre en avant la CCDR-N pour s’être conformée », a déclaré le ministre, se montrant toutefois préoccupé par le pourcentage d’entités où des infractions ont été constatées.

« Nous ne voulons pas faire trop d’inspections, nous voulons juste qu’elles réussissent et aident à corriger les problèmes environnementaux qui, malheureusement, existent toujours. Il y a encore des problèmes, des entrepreneurs et des entités économiques qui semblent penser que tout peut être caché sous le tapis, ou déchargé la nuit quand personne ne regarde », a-t-il déclaré.

Mis en œuvre en 2017 en partenariat avec les Comités régionaux de coordination et de développement (CCDR), l’Agence portugaise de l’environnement (APA), l’Institut pour la conservation de la nature et des forêts et le Service de protection de la nature et de l’environnement (SEPNA), le plan qu’il a mis l’inspection et l’inspection autorités de travailler sur la même base de données, agrégeant les informations sur les opérateurs ayant des activités ayant un impact potentiel sur l’environnement.

ESPION // ZO

Le contenu Environ 2 000 entreprises inspectées et 21% avec des violations environnementales en 2020 apparaissent en premier dans Visão.