Le président de Chega a déclaré aujourd’hui, à Santarém, que le parti veut être la troisième force politique dans les municipalités et a admis avancer avec des coalitions où « il faut retirer » le PS du gouvernement ou même des chambres conquérantes au PCP.

André Ventura s’exprimait à l’entrée du Conseil national du parti, qui se tient cet après-midi à Santarém, pour l’approbation des comptes, l’analyse du règlement du congrès qui aura lieu le dernier week-end de mai à Coimbra et la discussion sur la constitution ou non de coalitions avec d’autres partis, notamment le PSD, dans les prochains actes électoraux.

Affirmant qu’il préfère personnellement que Chega fasse cavalier seul, Ventura a déclaré que la définition des stratégies en termes de coalitions est l’un des points sur la table.

« Dans les cas où il est nécessaire de retirer le Parti socialiste de la gouvernance ou le Parti communiste, dans l’Alentejo, nous aurons cette possibilité », a-t-il déclaré.

«En Alentejo, nous sommes très fermes, car il y a une réelle possibilité de gagner des conseils municipaux et c’est ce que nous allons essayer de faire, notamment dans les districts d’Évora, Beja et Portalegre, où le vote était très élevé dans le présidentielles. Nous avons des sondages internes qui nous donnent dans certains endroits 30% des voix et c’est ce sur quoi nous allons parier pour gagner des conseils municipaux », a-t-il ajouté.

Lors de la réunion d’aujourd’hui, a-t-il dit, les conseillers nationaux analyseront «comment le bloc se formera à droite, sachant que tous les autres sont contre» Chega, mais sont conscients «qu’ils ont besoin» d’un parti qui a également préféré «être sans eux». .

«C’est un bloc ‘sui generis’, pour ainsi dire, à droite, qui n’existe pas à gauche, dans lequel il n’y a pas une telle hostilité», a-t-il dit, considérant «évident pour tout le monde que sans Chega il n’y aura pas majorités parlementaires. [à direita] au Portugal ».

Ventura a déclaré que Chega avait «certains comptes l’année dernière» et que «l’ambition d’être la troisième force politique» conduira à «un effort d’investissement majeur l’année prochaine et dans ces municipalités».

Outre l’approbation des comptes, le Conseil national discute également aujourd’hui du règlement du congrès de Coimbra, qui « cherchera à adapter le parti aux défis » qui l’attendent et à répondre « à la très forte croissance du nombre de militants » , ainsi que «les problèmes d’indiscipline qui ont également été observés».

«Nous voulons créer une structure plus solide et plus ferme dans cette défense et préparer le parti à gouverner le Portugal. C’est l’objectif du prochain congrès », a-t-il déclaré.