Deux soldats de la Mission des Nations Unies au Mali (Minusma) ont été tués par des hommes armés dans le nord de ce pays d'Afrique de l'Ouest lors d'une nouvelle attaque de groupes djihadistes, a annoncé aujourd'hui l'ONU.

Un train avec du matériel logistique de Minusma, qui reliait Tessalit à Gao, au nord du Mail, a été attaqué samedi par des "hommes armés" qui "ont tué deux soldats de la paix", a indiqué l'ONU dans un communiqué publié aujourd'hui, sans commentaire. préciser la nationalité des soldats morts.

Le Portugal enverra une mission, qui comprend 63 soldats de l'armée de l'air portugaise et un avion de transport C-295, le 1er juillet, pour assurer le transport des passagers et du fret, le transport tactique, les évacuations médicales et la surveillance aérienne, dans le cadre du de Minusma.

Le convoi de la mission des Nations Unies attaqué samedi a été stoppé lorsqu'il a atteint la ville de Tarkint, au nord-est de Gao, et une confrontation a provoqué la mort des deux casques bleus.

"Les soldats de la paix de Minusma ont réagi vigoureusement et ont réussi à faire fuir les agresseurs", a indiqué l'ONU dans le communiqué.

Mahamat Saleh Annadif, chef de la mission des Nations Unies au Mali, a exprimé son "indignation" et sa "profonde tristesse" face à la mort des casques bleus et a condamné les "actes lâches visant à paralyser les opérations de la mission sur le terrain".

"Nous devrons conjuguer tous nos efforts pour identifier et arrêter les responsables de ces actes terroristes, afin qu'ils puissent répondre de leurs crimes devant le système judiciaire", a déclaré le chef de la Minusma.

La mission des Nations Unies au Mali implique environ 13 000 soldats, et son principal risque et défi est l'augmentation récente des attaques djihadistes dans la région centrale du pays, qui a été le théâtre d'actes de violence depuis 2015, en particulier après l'émergence d'un groupe dirigé par le prédicateur Peul Amadou Koufa, avec des connexions au réseau d'Al-Qaïda.

"La présence de ces missions est essentielle pour la réalisation des fragiles accords de paix qui ont été signés, et pour le renforcement des capacités de l'Etat malien", a déclaré le 5 juin le ministre de la Défense nationale pour justifier la participation des troupes Portugais en Minusma, soulignant l'importance de cette région africaine pour le Portugal et l'Europe.

«Nous devons considérer la région du Sahel de manière intégrée. Il y a peu de frontières dans cette région. Et ce qui se passe dans un pays, se propage facilement à d'autres pays. La mission de formation de l'Union européenne, qui est une mission de soutien à la formation des forces armées maliennes, a vu son mandat étendu à d'autres pays du Sahel, et le général Boga Ribeiro, le général portugais qui commande cette force, est dans le première ligne de cette extension à d'autres pays de la région », a ajouté João Gomes Cravinho, à l'époque, dans des déclarations aux journalistes.

Jusqu'à vendredi dernier, le Portugal était également responsable de la mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM-Mali), ayant passé ce jour-là son commandement à l'autorité de la République tchèque, lors d'une cérémonie dans la capitale du Mali.

La zone d'opérations de l'EUTM-Mali, qui était sous commandement portugais, centrée sur des activités de formation, a été élargie en mai et est désormais "étendue à une zone plus large et incluant les forces armées d'autres pays de la région du Sahel", tel que rapporté par l'état-major des forces armées portugaises, le 26 mai.

En mars, l'Union européenne a décidé de prolonger sa mission militaire au Mali jusqu'au 18 mai 2024, mobilisant près de 135 millions d'euros pour l'initiative.

RJP (GR / NS) // MSF