Des milliers d'Argentins ont manifesté, dans plus de 80 villes, avec des cornes, des casseroles et des drapeaux, contre la décision du gouvernement d'exproprier l'un des principaux agro-exportateurs, dans un premier temps contre la propriété privée en général.

Les manifestations ont profité de la «Journée du drapeau» samedi pour lever l'unité du pays autour de la défense des droits constitutionnels, à un moment où le gouvernement a décidé d'exproprier Vicentín, l'un des principaux exportateurs agroalimentaires du pays, et cherche à intervenir dans d'autres secteurs, entraînant des investissements.

Dans les principaux centres urbains, des caravanes avec des centaines de voitures ont marché au son des klaxons, avec des drapeaux argentins levés. À travers les fenêtres, des milliers de personnes frappaient des pots pour protester contre le gouvernement.

Les «klaxons» et les «pots» ont entouré la résidence présidentielle d'Olivos, à Buenos Aires, d'où le président argentin, Alberto Fernández, a suivi les manifestations à travers le pays.

À travers le pays, des milliers de manifestants brandissaient des banderoles et des affiches avec plusieurs slogans: «Aujourd'hui, c'est Vincentín, demain c'est toi», «Nous ne voulons pas être le Venezuela», «Pour la liberté et pour la République», «Non à la destruction de la démocratie» .

À l'intérieur, la manifestation comprenait des tracteurs et des marches à forte concentration à Rosario, où se trouve le monument au drapeau argentin et où circule la production agricole du pays, et à Avellaneda, où se trouve le siège de la société Vicentín.

«L'Argentine est très fragile socialement et très faible institutionnellement. Plus que jamais, nous devons défendre le partage des pouvoirs », a déclaré le maire d'Avellaneda, Dionisio Scarpin, dans un discours sur la mesure d'expropriation, jugée inconstitutionnelle par plusieurs constitutionnalistes.

"Cette manifestation n'est pas pour Vicentín, mais parce que les gens sentent qu'ils volent leur liberté", a déclaré Héctor Vicentín, l'un des propriétaires de l'entreprise, fondée il y a 91 ans.

La date de la manifestation a coïncidé avec les trois mois d'une des quarantaines les plus prolongées au monde, qui a détruit une économie déjà en profonde récession avant la pandémie.

Des secteurs plus radicaux au sein du gouvernement ont profité de la fragilité financière des entreprises pour proposer une intervention sur les marchés et la participation de l'État dans les entreprises qui ont demandé une aide financière, selon les observateurs.

Ces propositions se sont heurtées à la modération du président Alberto Fernández, qui a annoncé l'intervention et l'expropriation de Vicentín le 8 juin.

"Beaucoup de gens voient la situation au Venezuela dans ce cas, car elle affecte la propriété privée et défait l'image de modération qu'Alberto Fernández a cherché à véhiculer afin de gagner en crédibilité et d'attirer des investissements", a déclaré le politologue Sergio Berensztein.

«De nombreuses entreprises en Argentine sont dans une situation critique et vulnérables aux affrontements du gouvernement, qui montrent des signes de radicalisation. Le climat des affaires n'était pas bon. Maintenant, ça a empiré », a évalué Berensztein.

Ce radicalisme est lié au soi-disant «kirchnerisme», secteur du «péronisme» dirigé par l'ancienne chef de l'État (2007-2015) et actuelle vice-présidente Cristina Kirchner, alliée historique du «chavismo» au Venezuela et qui a dans la classe moyenne, en classe affaires et dans le secteur agricole les grands ennemis internes.

Concernant les manifestations, le président Alberto Fernández a déclaré qu'il n'était pas inquiet car les manifestants "ont tort".

Dans les dernières heures, Fernández a commencé à encourager une proposition qui signifie la participation de l'État dans l'entreprise à travers un partenariat mixte avec des entreprises privées. La proposition a été classée comme une «nationalisation douce» car l'État serait l'actionnaire majoritaire et contrôlerait la société.

"Si le juge n'accepte pas cette proposition, nous nous retrouvons avec l'expropriation", a déclaré samedi Fernández au juge Fabián Lorenzini, qui dirige le processus de réorganisation judiciaire de l'entreprise, qui a débuté en février parce qu'il n'était pas en mesure de payer les créanciers.

"L'objectif du gouvernement reste de contrôler l'entreprise", a rappelé le président argentin.

En février, la société Vicentín a fait faillite en raison de la dette de 1,2 milliard d'euros envers 2 600 producteurs agricoles, des banques publiques et une commission de créanciers étrangers.

MYR // EJ