Ces derniers jours, le manque de policiers a défrayé la chronique, ce qui a déjà conduit à la fermeture du plus grand commissariat de Porto le week-end dernier et à l’annonce de la création de commissariats mobiles. De droite à gauche, certains partis ont exprimé leur opinion sur la question.

Le PSD défend que les commissariats mobiles sont des « palliatifs »

Dans des déclarations de l’Assemblée de la République, le député PSD Paulo Rios de Oliveira a déclaré que les postes de police mobiles « peuvent être un palliatif, un remède, cela peut être une urgence, ce n’est pas une solution de ressource ». « Dire qu’un commissariat physique est fermé et qu’on ouvre deux meubles, si ce n’était pas grave, c’était risible », a-t-il ajouté.

Lundi, le ministre de l’Administration intérieure, José Luís Carneiro, a confirmé qu’une unité de service mobile serait testée à Porto pour renforcer la police de la ville.

Paulo Rios de Oliveira a également mentionné qu’« en ce moment, le PSD préconise que le ministre de l’Administration interne explique quelle stratégie il a pour les forces de sécurité ».

Assez dit que l’idée que le pays a beaucoup de policiers est fausse

Après la rencontre avec les représentants de deux syndicats de police, André Ventura a déclaré que « l’idée que le Portugal est un « pays avec beaucoup de policiers » est « erronée » et un « sophisme », comme l’a indiqué le ministre de l’Administration intérieure. À la même occasion, Ventura a souligné qu’« il est pratiquement inévitable que davantage de postes de police ferment ».

Lundi, le ministre de l’Intérieur a déclaré que le Portugal comptait plus de policiers pour 100 000 habitants par rapport aux autres pays européens.

Chega demandera également au Parlement de créer « une commission d’enquête sur les rapports annuels sur la sécurité intérieure (RASI) qui ont été publiés » car, selon Ventura, « cette idée qui est publiée chaque année selon laquelle la criminalité diminue n’est pas cohérente avec le des nouvelles qui nous parviennent chaque jour.

Le PCP critique les « palliatifs » présentés par le ministre de l’Intérieur

Conformément au PSD, le PCP a également qualifié les unités mobiles de « palliatifs ». « Le ministre de l’Intérieur, confronté au problème du manque de personnel, obligeant à la fermeture des commissariats, tant dans le cas de la PSP qu’en présence des postes de la GNR, annonce une expérience comme une nouveauté : les postes mobiles dans zones de plus grande affluence touristique. », ont souligné les communistes dans un communiqué.

Les communistes soulignent également que « les maires des municipalités de Porto et de Lisbonne, qui sont venus en public pour regretter et exiger des mesures, convergent essentiellement avec les mesures annoncées par le gouvernement, qui ne sont rien de plus que des correctifs destinés à couvrir les structures existantes problèmes pour les « touristes ». ne voient pas ». Rappelons que le maire de Lisbonne a demandé au gouvernement des postes de police mobiles dans les quartiers les plus problématiques de Lisbonne.