Beaucoup sont cachés parmi d'autres végétaux, certains autochtones et également envahissants, mais il y a déjà de nouveaux arbres qui prennent le genou. Enfin, c'est un signe d'espoir pour la récupération de la forêt connue sous le nom de Pinhal de Leiria ou Pinhal do Rei, propriété de l'Etat.

En octobre 2017, l'incendie a consumé 9400 de ses 11000 hectares, soit environ 86% de la superficie boisée. L'Institut pour la Conservation de la Nature et des Forêts (ICNF) indique que l'exécution du Plan d'Investissement Forestier Public et Central, qui comprend la Forêt Nationale de Leiria, permettra jusqu'en 2022 le reboisement de 2400 hectares de cette zone et le suivi de la régénération naturelle de 6 400 hectares.

Selon le membre du conseil d'administration de l'ICNF Nuno Sequeira, les taux de réussite «dans la plupart des zones boisées (en régénération) sont supérieurs à 80%», ce qui «est encourageant et permet de voir certaines zones avec des lancements de croissance très pertinents».

«Si nous regardons certaines zones où des feuillus ont été plantés, le taux de réussite est naturellement plus faible; peut-être que nous aurons des taux de réussite de 30%. Dans la généralité de la région, en termes globaux, le taux de réussite que nous avons dans ces reboisements sera, et dépasse souvent, 80% », dit-il à Lusa.

Cependant, sur au moins 1 000 hectares – 15% des 6 400 hectares sur lesquels une régénération naturelle est attendue – un effort supplémentaire «avec renforcement du boisement» sera nécessaire.

Quercus, qui a planté environ 60 000 arbres sur 60 hectares du Pinhal de Leiria avec divers partenaires, identifie également des signes positifs: «Je vois les forces politiques et la société plus concentrées sur cela. Je salue la reprise de Pinhal de Leiria, mais il faut être attentif », déclare le président de l'association environnementale.

Dans l'une des quatre parcelles parrainées par Quercus, Paula Nunes Silva est heureuse de trouver de jeunes pins, poussant dans un modèle similaire à celui prôné par l'ICNF. «La régénération naturelle est extrêmement importante, c'est le moyen le plus sûr de savoir que les pins sont bien adaptés et en croissance. Nous devons attendre. La nature a son temps », dit-il, expliquant que« la graine dans le sol peut prendre jusqu'à cinq ans pour naître ».

Concernant la plantation d'arbres, seuls 1 000 hectares ont été reboisés il y a trois ans, soit environ 10%. C'est assez?

«Sachant que nous pouvons profiter de la régénération naturelle et que nous devons attendre ces deux, trois ans, c'est une bonne méthode. C'était possible, ce n'est pas suffisant », déclare le président de Quercus.

C'est pourquoi le maire de Marinha Grande demande plus de moyens. Pinhal de Leiria "a sa propre régénération et de nombreux pins sont en train de naître, mais, souligne-t-il, la partie reboisement" est trop lente ".

C'est avec tristesse, ajoute-t-il, que l'on regarde la pinède et que l'on ne voit pas ce que l'on souhaitait à cette époque.

Fin juin, le maire élu par le PS a vu son parti échouer au parlement à la proposition des autres forces du parti de renforcer les ressources de l'ICNF dans la pinède.

«Ce que nous demandons – et ce que, je crois, le PS demande aussi – c'est qu'il y ait des moyens, il y a des gens, il y a plus d'investissements, il y a plus de financement et il est également alloué, sur le budget de l'Etat, une somme jugée nécessaire pour ce reboisement et ce travail est fait », dit-il.

Plus critique est l'observatoire Pinhal do Rei, qui rassemble des spécialistes de différents domaines. Le géographe José Nunes André en fait partie et estime même que l'ICNF devrait être remplacé.

«Les entités compétentes, en l'occurrence le Gouvernement, doivent réfléchir à la recherche d'une autre entité qui supervise le Pinhal de Leiria et les forêts côtières, car l'ICNF soit n'a pas de personnel, soit n'a pas de fonds ou n'a pas de compétence», estime-t-il.

Le point de la situation de travail à Pinhal de Leiria, déplore-t-il, "ce ne sera pas nul, mais c'est très peu".

Nuno Sequeira, de l'ICNF, prévient qu'il faut attendre les résultats des travaux: «Nous avons des interventions prévues et déjà en cours dans la zone incendiée et dans la zone non brûlée. D'ici 2022, nous avons environ cinq millions d'euros déjà réalisés et sous-traités, que ce soit dans le reboisement ou dans les interventions de contrôle des forêts ou même dans les mosaïques de parcelles de gestion du combustible, et d'ici 2024 nous aurons encore 2,5 millions d'euros d'intervention planifié ».

Le maire de Marinha Grande rêve d'un Pinhal de Leiria «avec des arbres feuillus, de beaux arbres, avec des cours d'eau passant encore entre eux». Cependant, Cidália Ferreira devra laisser du temps, déclare le représentant de l'ICNF.

Il est possible de voir la nature se rétablir, se souvient-il, bien qu'il n'y ait toujours pas de peuplement adulte et que ce ne soit pas la forêt de pins qui est souhaitée et souhaitée.

«Mais une chose est sûre: quand il y a eu le reboisement de ces forêts (…), ceux qui les plantaient à l'époque étaient aussi sûrs et convaincus que seuls leurs enfants verraient les arbres avec la dimension que nous désirions et dont nous avions l'habitude. », Déclare Nuno Sequeira.

Le maire estime également qu'il doit y avoir «plus de soin dans l'entretien» de la part de l'ICNF. «Il est important que les niches qui sont restées dans notre Pinhal do Rei puissent recevoir une attention particulière. Si les arbres mettent tant d'années à pousser, nous devons également créer d'autres zones qui peuvent être agréables », dit-il.

Sur le plan climatique, José Nunes André identifie, comme impact du grand incendie de 2017 et de l'abattage des arbres, «des vents forts dans les zones bordant la pinède». Il craint également l'effet sur l'érosion des dunes: «Le cordon dunaire frontal est en train de disparaître. C'était déjà avec l'érosion marine et, maintenant, avec l'érosion éolienne, en raison du manque de pinède, encore plus », prévient-il.

La perte de biodiversité, en particulier dans le ruisseau S. Pedro de Moel, est également critiquée par l'Observatoire de Pinhal do Rei. José Nunes André souligne que «les eucalyptus centenaires qui étaient là, lorsqu'ils brûlaient, ont répandu les graines vers les zones environnantes» , sans que l'ICNF n'ait agi.

Le représentant de l'ICNF admet que «dans tout, on peut toujours dire qu'il y avait des aspects qui pouvaient être faits de la manière A, B ou C», mais finalement, dit-il, celui qui dirige doit prendre une décision.

MLE // ROC

Le contenu Les arbres poussent à Pinhal de Leiria mais sur le terrain il y a un manque de ressources et des retards apparaissent d'abord à Visão.