"Même si elle n'élimine pas complètement les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs résultant de l'exposition à ces agents sur le lieu de travail, une définition des valeurs limites contribue à une réduction significative des risques résultant de cette exposition", défend le gouvernement. dans le diplôme publié aujourd'hui et qui entre en vigueur le cinquième jour ouvrable après sa publication.

Le décret-loi – qui modifie le régime en vigueur depuis 2000 et transpose les directives communautaires – ajoute de nouveaux travaux à la liste de ceux considérés comme cancérigènes, tels que ceux impliquant une exposition à la poussière de silice cristalline respirable résultant d'un processus de travail, l'exposition cutanée aux huiles minérales, auparavant utilisées dans les moteurs pour lubrifier et refroidir les pièces à l'intérieur du moteur, et fonctionne également qui implique l'exposition aux émissions d'échappement des moteurs diesel.

Dans les activités susceptibles de présenter un risque d'exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes, la loi, qui obligeait déjà l'employeur à définir les périodes d'exposition au cancérogène ou au mutagène, exige désormais une évaluation de la concentration du cancérigène ou du mutagène dans l'atmosphère du lieu de travail, compte tenu des valeurs limites d'exposition professionnelle fixées en annexe au décret-loi publié aujourd'hui, et des conditions réelles d'exposition professionnelle, y compris l'interaction avec d'autres agents ou facteurs de risque professionnels.

Le décret-loi détermine également la répétition de l'évaluation des risques tous les trois mois en cas de modification des conditions de travail pouvant affecter l'exposition des travailleurs à des agents cancérigènes ou mutagènes, en cas de dépassement de la valeur limite d'exposition professionnelle indiquée. dans l'annexe au décret-loi et même lorsque le résultat de la surveillance de la santé «justifie la nécessité» d'une nouvelle évaluation.

Le cancer est la principale cause de mortalité liée au travail, représentant 53% de tous les décès, constituant le principal risque pour la santé des travailleurs dans l'Union européenne, selon les informations fournies par l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail.

Les cancers majeurs associés aux cancérogènes sur le lieu de travail comprennent le cancer de la vessie dû à l'exposition aux solvants, aux produits pétrochimiques et aux rayonnements ionisants, le cancer des os par rayonnement ionisant (rayons X) ou les cancers du cerveau et d'autres cancers liés au système nerveux central en raison de l'arsenic, du mercure, des solvants, y compris le benzène, le chlorure de méthyle, le xylène et les pesticides.

VP // JNM

Le contenu Les nouvelles règles sur l'exposition aux cancérogènes au travail en vigueur la semaine prochaine apparaissent pour la première fois dans Vision.