1-1-e1669908198824-png
la-prise-en-charge-de-125-euros-pour-les-residents

Crise/Énergie : le gouvernement attend les décisions au niveau de l’UE pour définir le soutien aux entreprises

Fernando Medina, qui a participé aujourd’hui à un débat au Parlement européen, au cours duquel il a présenté le programme d’urgence de soutien aux familles pour atténuer les effets de la forte inflation adopté cette semaine par le gouvernement, a confirmé que le programme de soutien aux entreprises ne sera défini que après les discussions en cours au sein de l’Union européenne, pointant notamment le Conseil extraordinaire des ministres de l’Energie prévu vendredi à Bruxelles.

Rappelant que le Premier ministre, António Costa, a déjà annoncé que le gouvernement « attendrait le débat au Conseil de l’énergie » et les propositions formelles ultérieures de la Commission européenne afin de « mieux définir » le plan pour les entreprises, Fernando Medina a noté que « il y a eu des discussions » et, lors de la réunion de vendredi à Bruxelles, « il y aura une audition très large et très approfondie des États membres, et ce n’est qu’après que la Commission présentera ses propositions ».

Concernant le document de travail présenté mercredi par la Commission européenne, qui avait déjà quelques idées concrètes à présenter aux 27, il a fait remarquer que certaines propositions « qui ont déjà été signalées et qui pourraient figurer dans le programme final » à décider au niveau de l’UE . semblent aller « dans la bonne direction ».

« Mais je ne voulais pas commenter sans connaître tout le programme », a-t-il insisté.

Fernando Medina a rappelé que les décisions prises au niveau de l’UE sont « très importantes » pour que le gouvernement puisse ensuite définir ses propres mesures, « notamment pour soutenir les entreprises ».

A titre d’illustration, il a souligné que « par exemple, une mesure très importante qui sera en débat », la possibilité de « plafonner le prix du gaz, évidemment cela influence les décisions que chaque Etat membre peut prendre et cela il vaut mieux faire ».

« Dans ces matières, à savoir l’énergie, nous avons pu prendre des décisions, par exemple concernant le marché ibérique, car nous avons une situation très particulière, mais d’autres types de mesures doivent être prises au niveau européen. C’est une crise qui touche tous les pays d’Europe, personne n’est à l’abri de cette crise. C’est ensemble que nous devons y faire face, et ce qui est décidé au niveau européen est très important dans la conception de politiques strictement nationales d’accompagnement des entreprises à ce stade », a-t-il déclaré.

Sur le mécanisme ibérique de séparation des prix du gaz et de l’électricité, il a commenté que « c’est un exemple de succès de la politique ibérique, qui est en ce moment à la base d’une des propositions que la Commission s’apprête à présenter dans les prochains jours ”.

Les ministres des 27 chargés de l’Énergie se réunissent vendredi à Bruxelles, en Conseil extraordinaire, pour « identifier les mesures privilégiées, qui pourraient être mises en œuvre au niveau de l’UE dans un court laps de temps, pour alléger le fardeau des prix élevés de l’énergie ». sur les citoyens, les services publics, les entreprises et l’industrie », selon la présidence tchèque du Conseil de l’UE.

Avant cette réunion, où le Portugal sera représenté par le ministre de l’Environnement, Duarte Cordeiro, la Commission européenne a déjà, mercredi, mis sur la table une série de propositions, dont l’imposition d’un plafond aux bénéfices des entreprises. coûts des producteurs d’électricité et une « contribution de solidarité » des entreprises de combustibles fossiles, ainsi que la fixation d’un plafond de prix sur les importations de gaz par gazoduc de la Russie vers l’Union européenne pour l’achat de gaz russe.

Le paquet comprend également deux autres propositions, un objectif contraignant de réduction de la consommation d’électricité et la facilitation du soutien des liquidités par les États membres aux entreprises de services énergétiques qui rencontrent des problèmes en raison de cette volatilité du marché.

ACC // CSJ

Articles récents