L’Association portugaise des entreprises de distribution (APED) a rappelé que l’entité et ses associés « promeuvent l’efficacité énergétique depuis plus d’une décennie, contribuant à la préservation de l’environnement, à la sécurité alimentaire et au bien-être des consommateurs.

Au cours de la dernière décennie, « les entreprises du secteur ont mis en place des mesures d’éco-efficacité qui ont permis de réduire jusqu’à 30 % la consommation d’électricité par mètre carré de surface de vente ».

Ainsi, « au moment où le Gouvernement prépare un plan d’économie d’énergie et d’efficacité de l’eau, l’APED estime qu’il doit y avoir équilibre et bon sens dans l’élaboration de ce plan », a défendu l’APED.

« Reconnaissant qu’il y a de la place, compte tenu de la situation anormale à laquelle nous sommes confrontés, pour l’introduction de certaines améliorations dans la distribution et le commerce de détail, la réponse à la situation de crise énergétique doit passer avant tout par la consultation et l’implication des différents secteurs d’activité et par des initiatives à durée limitée », estime l’association, pour qui l’enjeu de consommer moins d’énergie « est indissociable de la nécessité de produire plus et mieux d’énergie ».

Selon lui, « une politique publique qui ne prend pas en compte la nécessité d’améliorer les processus inhérents à l’installation d’unités de production d’énergie pour l’autoconsommation ne tient pas compte de la réalité et d’une perspective à moyen terme ».

L’APED « est, comme toujours, disponible pour apporter sa contribution au plan d’économies d’énergie qui est en cours d’élaboration, ainsi que pour sensibiliser les consommateurs à l’adoption de comportements durables, une pratique qu’elle développe au quotidien dans le domaine de l’utilisation de l’énergie. l’utilisation efficace des ressources et la promotion d’une consommation responsable », a souligné l’association.

L’association a également mentionné que l’installation d’équipements à haute efficacité énergétique, notamment les technologies de réfrigération, les armoires de congélation, l’installation de portes murales réfrigérées sur les meubles réfrigérés, la mise en place de systèmes de surveillance des consommations, ou encore l’adoption d’un éclairage efficace, sont quelques exemples de ce que l’ensemble du secteur a développé.

« Il convient également de mentionner la régulation périodique des ‘points de consigne’ des systèmes de climatisation, l’installation de commandes de fractionnement de l’éclairage et de régulation de l’intensité lumineuse, la formation continue et la sensibilisation des équipes aux bonnes pratiques d’efficacité énergétique », a ajouté le APED, pointant également « la consommation d’énergie d’origine renouvelable et l’installation progressive de systèmes photovoltaïques dans les points de vente ».

En tant qu’association d’un secteur « qui représente 11 % des [produto interno bruto] au niveau national, l’APED a promu un travail continu pour promouvoir l’efficacité énergétique dans le secteur, à travers le Plan pour la Promotion de l’Efficacité dans la Consommation d’Énergie Électrique (PPEC), et à la fin de l’année dernière, elle a lancé les bases pour la construction de la Feuille de Route pour Décarbonisation du Secteur, une initiative basée sur les meilleures pratiques au niveau international, qui vise à décarboner le secteur d’ici 2040 et dont la présentation officielle sera faite en octobre », a conclu l’entité.

Le ministère de l’Environnement présentera « prochainement » un plan d’économie d’énergie qui pourrait inclure des mesures visant à limiter la consommation d’énergie dans les bâtiments de l’administration publique, selon une source officielle déclarée à Lusa il y a une semaine.

« Le ministère de l’Environnement et de l’Action pour le climat présentera prochainement un plan qui pourrait inclure, par exemple, une campagne de sensibilisation générale pour réduire la consommation d’énergie des entreprises et des familles et des mesures pour limiter la consommation d’énergie dans les bâtiments de l’administration publique », a déclaré, à l’époque, une source officielle en réponse à Lusa, sans donner plus de détails.

La semaine dernière, le gouvernement espagnol a approuvé un « paquet de mesures urgentes d’économies d’énergie et d’efficacité », compte tenu de « la situation critique » que traverse l’Europe en raison de la menace russe de couper l’approvisionnement en gaz.

Dans le cadre de ces mesures, la température dans les bâtiments publics, les espaces commerciaux, les gares routières et ferroviaires et les aéroports en Espagne ne peut être inférieure à 27 degrés en été et supérieure à 19 degrés en hiver, afin d’économiser de l’énergie.

La mesure, qui concernera également les espaces culturels, entre autres, prévoit également l’extinction de l’éclairage des vitrines, des monuments et autres bâtiments à partir de 22h00, ainsi que l’éclairage à l’intérieur des bâtiments publics lorsqu’ils sont inoccupés, ainsi que expliqué par la ministre chargée du portefeuille de l’énergie du gouvernement espagnol, Teresa Ribera.

Le gouvernement espagnol augmentera également le télétravail dans l’administration publique et le ministre a appelé les « grandes entreprises » à faire de même, afin d’avoir moins de déplacements et de réduire les coûts avec la climatisation des bâtiments et autres consommations d’énergie.

ALU // CSJ