1-1-e1669908198824-png

Covid-19: un photographe portugais à Berlin remporte une subvention de travail en cas de pandémie

«Comme d'autres villes allemandes, Berlin a pris des mesures pour éviter la contagion entre les citoyens, ce qui impliquait la fermeture de galeries, l'annulation et / ou le report des œuvres, et le manque de sources de revenus qui en résultait pour les artistes, dont beaucoup étaient des pigistes. . A cette époque, des systèmes d'aide publique et d'entraide ont vu le jour, avec des artistes soutenant d'autres artistes », a expliqué Micaela Sousa (connue sous le nom de Nomadic By Choice), dans des déclarations à l'agence Lusa.

Un collectif d'artistes de Holzmarkt (marché du bois, qui représente le plus grand projet de développement urbain durable de la ville) et l'association «We Did Nothing Wrong», tous deux basés à Berlin, se sont unis pour octroyer des subventions aux artistes concernés par les mesures confinement dans le cadre d'une initiative appelée «Pandemic Healing Arts Project».

«Utilisant des fonds privés, le« crowdfunding »et le travail bénévole d’une petite équipe, les subventions étaient un moyen de soutenir les artistes, de les aider à poursuivre leur travail et d’encourager la création. Le processus de candidature était simple. L’application a été faite «en ligne» et je n’ai eu qu’à présenter le portfolio et le concept du projet que j’allais développer », a déclaré l’artiste portugais.

Micaela Sousa et les autres sélectionnés ont eu quatre semaines pour développer des projets liés au thème de la pandémie.

«C'est très excitant pour moi de faire partie de cette gamme d'artistes. Surtout, il est bon de sentir que la pertinence de la création artistique est, une fois de plus, soulignée à Berlin », a-t-il partagé.

Pandemic Healing Arts rassemble les œuvres de 44 artistes, issus des domaines les plus divers, dans une exposition qui a débuté le 13 août et se poursuivra jusqu'au 12 septembre. Une exposition itinérante des œuvres est également prévue dans divers lieux de la ville.

«L’œuvre que j’ai développée est une série photographique, avec 12 images, intitulée« Je suis ici – Un pur acte de témoignage ». Cette histoire visuelle est essentiellement centrée sur mon expérience personnelle et émotionnelle, de me retrouver dans un moment de dissonance extrême », a-t-il souligné.

«Il y a un aspect de spontanéité dans ce projet. Face à une menace invisible, même lorsque nous nous engageons dans un détachement social, nous sommes tous connectés. Nous partageons l'irréalisation, la peur, l'anxiété, l'incrédulité, l'indignation face à l'inaction et l'incertitude, mais aussi l'espoir, la possibilité dans nos vies et, surtout, le pur acte de témoigner. Il s'agit d'une tentative d'exprimer des états émotionnels, de représenter l'invisible et, finalement, de cadrer le portail vers un nouveau monde de choix », a souligné le photographe portugais.

Micaela Sousa admet qu'avant la pandémie de covid-19, il travaillait depuis longtemps sur des projets commerciaux, sans pouvoir se consacrer à des projets personnels. Covid-19 est venu forcer une pause.

«Certains rituels quotidiens m'ont permis de garder les pieds sur terre au cours des 6 derniers mois. J'ai fait de nombreuses longues promenades (…) J'ai ensuite utilisé mon langage principal – les images – pour «écrire» des notes visuelles qui documentaient la ville et comment la pandémie a changé nos routines, notre comportement social et notre utilisation de l'espace public. Le 8ème Art a cet aspect de mettre en valeur visiblement la perspective. Chaque jour était le même, mais chaque jour était différent », a-t-il souligné.

L'exposition «Widerkunst III. Mehr Zeit, mehr Mut, mehr Kunst »(« Résistance III. Plus de temps, plus de courage, plus d'art ») a été créé en coopération avec la Genossenschaft für Urbane Kreativität, Tina Zimmermann, Widerkunst, Holzmarkt, Nous n'avons rien fait de mal et Humans for future .

JYD // TDI

Articles récents