Selon un questionnaire réalisé par l'Institut national de la statistique (INE) pour évaluer l'impact de la pandémie de covid-19 sur les unités touristiques au Portugal, qui a obtenu environ 4300 réponses valides, 62,5% des établissements répondants (soit 79 , 0% de la capacité d'approvisionnement respective) a indiqué que la pandémie a conduit à l'annulation des réservations prévues pour la période de juin à octobre 2020.

La Région Autonome des Açores est celle avec la plus forte proportion d'établissements ayant annulé des réservations (94,3% des établissements et 91,8% de la capacité offerte), suivie de l'Algarve (78,9% et 89,6%, respectivement), la zone métropolitaine de Lisbonne (74,0% et 84,7%, dans le même ordre) et Madère (71,6% et 87,3%, respectivement).

Dans le segment hôtelier, 79,4% du total des établissements (86,2% de la capacité offerte) ont déclaré des annulations de réservations en raison de la pandémie, ce pourcentage s'élevant à 60,3% des établissements d'hébergement locaux (62,5% des capacité offerte) et 51,0% du total du tourisme rural et du logement (54,7% de la capacité).

Selon la note de l'INE, parmi les établissements ayant annulé leurs réservations au cours de cette période, «la proportion d'établissements déclarant des annulations partielles ou totales de réservations diminue au fil des mois».

Selon les informations maintenant recueillies, 92,0% de ces établissements ont déclaré des annulations pour juin, 89,2% pour juillet, 78,5% pour août et 69,9% pour septembre.

Interrogé sur les principaux marchés avec annulation de réservation (chaque établissement peut identifier jusqu'à trois marchés), le marché national est le plus cité, identifié par 48,9% des établissements d'hébergement touristique.

Le marché espagnol a suivi (47,0% des établissements), suivi des marchés britannique (37,4%), français (33,1%) et allemand (24,9%).

En analysant les marchés identifiés comme l'un des trois avec le plus grand nombre d'annulations de réservation dans chaque région, on constate que, dans le nord, le marché espagnol a été identifié par 57,3% des établissements, suivi par le marché national, référencé par 48 , 5%.

Au centre, le marché national a été cité par 69,6% des établissements, suivi du marché espagnol (48,6% des établissements), tandis que dans la métropole de Lisbonne le marché espagnol a été cité par 51,8% des unités Dans l'Alentejo, le marché national a été identifié par 61,4% des établissements et en Algarve 72,7% des établissements référés au marché britannique.

Aux Açores, le marché national a été identifié par 68,2% des établissements, suivi par le marché allemand (45,5% des établissements), tandis qu'à Madère, il a été identifié par 64,0% des établissements, suite à le marché français (45,0% des établissements) et le marché britannique (39,6% des établissements).

L'INE rapporte que, dans l'hôtellerie, le marché national a été cité comme l'un des trois marchés avec le plus grand nombre d'annulations par 58,1% des établissements, suivi par l'espagnol (57,1%) et le britannique (42,3% )

Dans les établissements d'hébergement de proximité, le marché espagnol a été identifié par 45,7% des établissements, suivi des marchés britannique (38,0%) et national (37,6%) et des établissements touristiques des zones rurales et rurales. du logement le marché national est cité par 56,3% des établissements.

La plupart des établissements qui prévoyaient fonctionner entre juin et octobre prévoyaient enregistrer des taux d'occupation inférieurs à 50% pour chacun de ces mois.

Selon l'INE, «c'est dans les mois où traditionnellement la demande de services d'hébergement touristique est la plus intense qu'il y a une plus grande proportion d'établissements qui s'attendent à des taux d'occupation plus élevés»: en août, environ 41,0% des établissements qui ont répondu qu'ils prévoient d'ouvrir ce mois-ci prévoient des taux d'occupation supérieurs à 50%, une proportion qui est réduite à 30,7% des établissements en juillet et à 22,0% en septembre.

La majorité des établissements interrogés (56,8%) ne prévoient pas de modifier les prix pratiqués par rapport à l'année précédente, tandis qu'environ un tiers (35,3%) admettent une baisse des prix et seulement 7,9% envisagent d'augmenter les prix au cours de ces mois. .

Dans la zone métropolitaine de Lisbonne et en Algarve, prédominent les établissements qui admettent baisser les prix (respectivement 58,4% et 55,8% des établissements).

Dans l'hôtellerie, les prix dans 44,6% des établissements devraient rester les mêmes, tandis que dans 44,9%, il devrait y avoir une baisse, alors que dans les établissements d'hébergement de proximité et dans le tourisme rural et résidentiel, la plupart des établissements ne le font pas. prévoit des changements de prix (52,5% et 73,2%, dans le même ordre).

Suite à l'application des mesures nécessaires pour l'éloignement social, l'hygiène et le nettoyage des établissements, 48,8% déclarent que la capacité offerte serait réduite.

Dans l'hôtellerie, 57,4% des établissements ont admis que ces mesures impliquaient une réduction de la capacité offerte, tandis que dans l'hébergement local et le tourisme en milieu rural et le logement, cette proportion était respectivement de 46,7% et 44,5%.

Interrogé sur les principales mesures adoptées, l'augmentation de l'intervalle de temps entre «  check-out '' et «  check-in '' pour les clients, qui rend impossible l'enregistrement le même jour, a été la mesure la plus évoquée, a indiqué de 56,0% des établissements, suivie d'une réduction du nombre de chambres (49,1%).

PD // EA

Contenu Covid-19: Plus de 60% des hébergements touristiques avec annulation de réservation – INE apparaît en premier à Visão.