Les promoteurs de la pétition, qui jusqu’à 10h15 avait été signée par 3069 personnes, rappellent que le gouvernement a décidé de garder les écoles ouvertes, mais a choisi de fermer les salles d’étude, ce qui «fournit un soutien éducatif aux étudiants, contribuant à promouvoir la réussite scolaire »et que les promoteurs considèrent comme« un soutien fondamental ».

«En plus de cet important pilier pour les enfants et les jeunes, il est important de souligner et de comprendre que les salles d’étude sont un soutien essentiel pour les parents et tuteurs qui n’ont pas d’antécédents familiaux, et maintenant ils ne savent pas à qui ils confieront l’accompagnement de leurs enfants pendant la période pendant laquelle ceux-ci ne sont pas à l’école (qui fonctionne par tranches d’heures) », expliquent-ils.

Les promoteurs de la pétition interrogent toujours le gouvernement sur les raisons pour lesquelles les écoles peuvent rester ouvertes et les salles d’étude, «fréquentées par quelques dizaines d’étudiants», ne le peuvent pas et quelle est la différence de risque de contagion dans le contexte épidémiologique actuel en raison du covid -19.

Ils demandent également qui aidera les étudiants à clarifier les doutes «qui ne peuvent être résolus individuellement dans des classes composées de 30 élèves» et veulent également savoir quelle est l’option pour les parents dont les enfants ne suivent les cours que le matin ou l’après-midi.

« Vont-ils être libérés pour pouvoir accompagner leurs enfants car ils n’ont nulle part et avec qui rester », demandent-ils.

Ils remettent également en question la logique « de garder ouverts des services de moindre importance pour l’avenir du pays » et soutiennent que soustraire les étudiants à la possibilité d’un suivi individualisé, pratiqué dans les salles d’étude, c’est « enlever le tapis sous leurs pieds ».

«Les enfants et les jeunes ne fréquentent pas les salles d’étude pour socialiser. Ils fréquentent ces espaces car ils ont besoin d’un accompagnement supplémentaire, d’outils pour les aider à surmonter les difficultés, de professionnels qui les motivent et les guident », soulignent-ils.

Dans le texte de la pétition, les signataires soulignent que les salles d’étude «sont un soutien extrêmement important pour les écoles qui veulent des élèves motivés et réussis» et demandent que la loi «permette à tous ceux qui garantiront un avenir solide dans tous les aspects de continuer être soutenu ».

Le décret qui réglemente le nouvel état d’urgence permet aux écoles de continuer à fonctionner, mais les oblige à mettre fin aux activités de loisirs (ATL), écoles de langues, auto-écoles et centres de tutorat.

L’état d’urgence était jusqu’au 30 janvier pour permettre des mesures supplémentaires pour contenir le covid-19.

Selon la plus récente direction générale de la santé, 8 384 personnes sont décédées au Portugal sur 517 806 cas d’infection confirmés.

Covid-19 est causé par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

SO // SB

Le contenu de Covid-19: Plus de 3 000 personnes ont signé une pétition demandant que des salles d’étude ouvertes apparaissent en premier dans Vision.