Le président de la République portugaise a déclaré aujourd'hui qu'il "faisait confiance" aux autorités sanitaires en ce qui concerne les règles des manifestations, réagissant aux initiatives qui ont eu lieu en l'honneur de George Floyd.

"J'ai beaucoup fait confiance aux autorités sanitaires, j'espère donc que les autorités sanitaires définiront les règles régissant à chaque instant l'exercice du droit de réunion et du droit de manifester", a déclaré Marcelo de Rebelo de Sousa, à son arrivée à Ponta Delgada, aux Açores, où vous passerez la journée pour visiter la municipalité de Nordeste, la plus touchée par Covid-19 dans la région.

Le président de la République a déclaré qu'il recherchait un "équilibre" entre la santé et "l'ouverture économique et sociale".

«J'ai essayé d'équilibrer les problèmes de santé, le virus n'a pas disparu, la pandémie n'a pas disparu et l'ouverture économique et sociale. Un retour, comme je l'ai dit, à petits pas », a-t-il dit.

Samedi, des milliers de Portugais sont descendus dans les rues lors de manifestations contre le racisme dans certaines villes portugaises, en solidarité avec d'autres actions du genre qui évoquent la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans décédé le 25 mai à Minneapolis. (USA), après qu'un policier blanc lui a pressé le genou avec le cou pendant environ huit minutes lors d'une opération de détention.

Aujourd'hui, la ministre de la Santé a déclaré qu'elle se considérait comme la raison de la manifestation contre le racisme qui a rassemblé des milliers de personnes dans plusieurs villes du pays, mais elle a de nouveau fait appel à l'esprit civique des manifestants et des organisateurs, dans le contexte d'une pandémie.

«Nous nous voyons tous» – a assuré Marta Temido – dans les motifs des manifestations qui ont eu lieu, samedi, à Lisbonne, Porto, Braga, Coimbra et Viseu, dans le cadre de la campagne mondiale de solidarité contre le racisme et la violence policière.

"Nous ne sommes pas en état d'urgence et, par conséquent, le droit de manifester existe et il appartient aux organisateurs de ces manifestations de veiller au respect des règles de santé publique (…)", a souligné la ministre de la Santé, interrogée sur son avis à propos de aux manifestations de rue lors de la conférence de presse quotidienne habituelle sur la situation à Covid-19.

RPYP / PPF // PJA