Dans une note publiée sur le site Internet de la Présidence de la République, Marcelo Rebelo de Sousa a annoncé le renouvellement de l’état d’urgence jusqu’au 30 janvier, notant qu’il avait le soutien de «plus de 90% des députés» – CDS-PP et PAN ont rejoint si PS et PSD votaient pour, BE s’abstenait.

« La rénovation actuelle et le confinement qui l’accompagne visent à créer un frein d’urgence renforcé, empêchant une propagation, avant que la vaccination ne puisse constituer une digue immunitaire peu importante et efficace », a-t-il déclaré.

Le chef de l’État a lancé un appel aux Portugais: «Encore une fois, nous devrons tous conjuguer esprits, désirs et résistance pour réaliser ce que nous avons réalisé entre mars et mai de l’année dernière – un supplément de temps et d’âme dans un défi avec une fin plus proche. , mais toujours indéterminée ».

«Il y a presque un an, nous avons remporté ce défi. Il n’y a que plus de raisons, aujourd’hui, pour nous de le gagner, une fois de plus », a-t-il ajouté, exprimant sa conviction que le Portugal pourrait mieux sortir de l’isolement pour légiférer par le gouvernement.

Selon Marcelo Rebelo de Sousa, cette déclaration d’état d’urgence «a une fin très urgente et précise: essayer de contenir et inverser la croissance accélérée de la pandémie, visible, ces derniers jours, en cas d’hospitalisations, de soins intensifs et, plus encore, en mort « .

«Ce confinement et cette inversion sont nécessaires et sont très urgents», a-t-il ajouté.

Le Président de la République a défendu que << nous devons essayer d'obtenir des résultats tangibles dans les plus brefs délais, ne permettant pas à la pandémie d'entrer, au niveau du niveau existant, en février et mars >>, prévenant que << cela signifierait une multiplication du nombre de décès , une situation plus critique dans les structures de santé, une plus grande fragilité du climat de confiance des personnes et des communautés, une aggravation durable de la crise économique et sociale ».

Il s’agit du neuvième décret de l’état d’urgence dans le contexte actuel de pandémie de covid-19.

Selon la Constitution, il appartient au chef de l’Etat de décréter l’état d’urgence, qui permet la suspension de l’exercice de certains droits, libertés et garanties, mais pour cela il doit écouter le Gouvernement et avoir l’autorisation de l’Assemblée de la République.

Ce diplôme modifie l’état d’urgence actuellement en vigueur, avec de nouvelles règles qui s’appliquent dans les deux derniers jours de ce décret précédent, qui se termine à 23h59 le vendredi, et le renouvelle pour quinze jours supplémentaires, à partir de 00h00. du samedi 16 janvier à 23 h 59 le 30 de ce mois.

IEL // SF

Le contenu du Covid-19: Marcelo défend la nécessité d’un «frein d’urgence renforcé» avec confinement apparaît en premier à Visão.