Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a défendu aujourd'hui que la «vérité et transparence» des chiffres sur covid-19 au Portugal, en particulier dans la région de Lisbonne, ne porte pas atteinte à l'image extérieure du pays, qui reste «très positive».

Interrogé par des journalistes à l'issue de la huitième réunion d'Infarmed, à Lisbonne, qui rassemble des experts, des politiciens et des partenaires sociaux pour analyser la situation épidémiologique de Covid-19 au Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa a fait valoir que l'image extérieure du pays est «génériquement très positive ".

Selon le président de la République, l'opinion des autres chefs d'État, des chefs de gouvernement ou «ce qui est lu dans la presse étrangère» en est un exemple, malgré la «perception interne» qui «a dominé les dernières semaines». comme pour la région de Lisbonne et de la vallée du Tage ».

"La perception générale est telle que je n'étais aux Açores qu'hier et dans plusieurs journaux internationaux, il a été question du paradis qu'est les Açores", a-t-il déclaré, soulignant "l'importance du tourisme" et l'arrivée des premiers groupes touristiques organisés en Algarve. .

Ainsi, dans la perspective de Marcelo Rebelo de Sousa «la vérité et la transparence qui ont été, et devraient continuer d'être, concernant les chiffres de l'évolution de l'épidémie» n'ont pas nui à «l'image extérieure du pays».

«Je ne suis plus inquiet. Je dirai même que, je ne veux pas dire que je suis moins inquiet, que les Portugais m'interprètent mal là-bas, mais en regardant les chiffres, y compris la région de Lisbonne et la vallée du Tage, je dirais qu'avec ces indices explicatifs que j'ai donnés, je me sens que la baisse du nombre de décès, la situation de contrôle dans le NHS – actuelle et potentiellement future – tout cela m'amène à comprendre que si les Portugais continuent dans un niveau de responsabilité qu'ils ont généralement montré, que l'évolution sera positive et que c'est bon pour tout le monde », a-t-il répondu.

Pour le président de la République, «les Portugais doivent se rendre compte que le Portugal n'est pas une réalité abstraite» et, par conséquent, «tout ce qui se passe bien, dans la compatibilité entre vie, santé, économie et société, emploi, situation salariale, départ des entreprises, c'est bon pour chacun des Portugais ».

«Si vous me demandez, je suis plus inquiet, je ne le suis pas. Je ne suis plus inquiet. J'ai le sentiment que ce qui se passe fait l'objet d'un suivi attentif et j'espère que les chiffres confirmeront une évolution positive à travers le pays dans les prochaines semaines », a-t-il assuré.

JF // JPS