L'impact direct connu de 1 784 millions d'euros des mesures contre covid-19 sur l'équilibre global des administrations publiques représente 45% de l'augmentation totale enregistrée jusqu'en mai, selon l'Unité d'appui budgétaire budgétaire (UTAO).

Dans «l'évaluation synthétique de l'évolution budgétaire» pour la période de janvier à mai 2020, publiée aujourd'hui, UTAO rapporte que, «en termes comparables, le solde global des administrations publiques était de -3.168 millions d'euros, ce qui correspond à une détérioration de 3 966 millions d'euros dans la position budgétaire de la comptabilité publique ».

Selon les experts du Parlement, «l'impact direct connu des mesures politiques de covid-19 (1 784 millions d'euros) représente 45% de l'aggravation du solde global», les 55% restants étant expliqués «par les mesures politiques de covid-19 non identifié, détérioration de l'économie (stabilisateurs automatiques et effets sur d'autres agrégats budgétaires) et autres événements, rendant impossible la quantification des contributions de chaque tranche avec les informations disponibles ».

Notant que l'objectif du budget de l'État pour 2020 (OE / 2020) approuvé en février est basé sur une diminution de 1 509 millions d'euros du solde global, UTAO note que «la variation jusqu'à fin mai était plus élevée que prévu pour l'année dans son ensemble ».

La proposition de modification de l'OE / 2020 (PAOE / 2020) prévoit une réduction de 13 156 millions d'euros du solde global.

Rappelant que PAOE / 2020 a révisé à la baisse les prévisions de collecte de recettes de 7,6% (7 181 millions d'euros) – concentrées sur les recettes fiscales (-5,3 points de pourcentage) et contributives (-2,4 points de pourcentage) et partiellement atténuée par la croissance des revenus non fiscaux ou contributifs (+ 0,3 point de pourcentage) – les techniciens de l'Assemblée de la République notent que l'augmentation prévue de cette composante «n'a pris en compte que les augmentations des recettes communautaires qui devraient être collectées, mais pas les facteurs à la baisse de la pandémie et du cycle économique ».

«Le chiffre d'affaires effectif des Administrations Publiques enregistre une baisse annuelle de -4,4%, déterminée par les recettes fiscales (-3,6 points de pourcentage) et par les autres revenus courants (-1,2 point de pourcentage) et faiblement atténuée par les recettes contributives et (0,1 point de pourcentage chacun) », dit-il.

Les recettes fiscales ont diminué de 6,5% (-1,186 million d'euros), principalement déterminées par les impôts indirects, à savoir la TVA, dans une évolution qui «reflète l'accélération des effets de la pandémie de Covid-19 et des mesures politiques pour visage ".

Soulignant, parmi ces mesures, la prolongation du délai de mise en conformité avec les obligations fiscales, la flexibilité dans le versement des retenues à la source et le paiement de la TVA et la suspension des saisies fiscales, UTAO a besoin de son impact direct (869 millions d'euros). euros) a un poids de 73% dans la baisse annuelle des recettes fiscales.

"Dans le cas de simples reports de revenus, leur effet devrait s'estomper au cours du second semestre, mais il faut tenir compte du risque de perte de crédits mentionné ci-dessus", maintient-il.

Hors effets de la politique Covid-19, la contraction des recettes fiscales est réduite à 1,7% (-317 millions d'euros), cette variation «étant déterminée par les impôts indirects et imputable au fonctionnement des stabilisateurs automatiques».

En ce qui concerne les dépenses effectives, l'évaluation de l'UTAO souligne que la croissance annuelle de 7,7% jusqu'en mai «était inférieure au taux de variation prévu pour le total pour l'année 2020, tant dans l'OE / 2020 (8,0%) que dans PAOE / 2020 (13,0%) ».

«Par rapport à l'OE / 2020, la croissance jusqu'en mai 2020 des transferts courants, de l'acquisition de biens et services, des dépenses de personnel et des transferts en capital a été plus élevée que prévu, étant plus que compensée par la faible exécution des autres éléments de dépenses », note.

Concernant l'objectif PAOE / 2020, l'UTAO indique que les dépenses de personnel et les transferts en capital "étaient les seuls éléments à avoir une croissance plus faible que prévu pour le total de l'année".

Selon l'unité technique du Parlement, l'augmentation des dépenses effectives jusqu'en mai 2020 (7,7%) représente une accélération de 1,4 point de pourcentage par rapport au taux de variation observé jusqu'en avril 2020 (6,3%), dans une évolution déterminé «essentiellement par la contribution des transferts courants de la Sécurité sociale aux familles du secteur institutionnel, qui reflètent déjà des mesures dans le cadre de la pandémie de la covid-19».

Quant au solde de la Sécurité sociale (non ajusté) calculé jusqu'à fin mai, il est inférieur de 1 189 millions d'euros à l'excédent budgétaire obtenu sur la même période.

Les charges liées aux mesures politiques de covid-19 (596,9 millions d'euros) et «la répercussion des effets économiques négatifs résultant du confinement socio-économique» ont contribué à cette baisse, reflétée par l'augmentation des dépenses de prestations sociales (telles que les allocations de chômage). et la «décélération expressive» enregistrée dans le recouvrement des recettes des contributions et contributions, qui a baissé de 15,9% en mai par rapport au même mois de 2019.

Après «l'ajustement des facteurs qui compromettent la comparabilité d'une année sur l'autre», le solde global de la sécurité sociale enregistre, par rapport à l'excédent enregistré en 2019, une baisse de 69,2%, qui passe à 34,3% si l'on exclut l'impact direct sur les dépenses avec des mesures de covid-19.

Selon les comptes de l'UTAO, jusqu'en mai, les dépenses de licenciement simplifié représentaient 75,9% (452,9 millions d'euros) du total des charges déclarées et supportées par la Sécurité sociale avec des mesures politiques dans le contexte de la pandémie, cet impact reste «nettement inférieur aux estimations mensuelles présentées dans le programme de stabilité 2020».

La Caixa Geral de Aposentações (CGA), après l'ajustement introduit par UTAO, «dénote un excédent budgétaire important (+179 millions d'euros), contrairement aux dispositions de l'OE / 2020», résultant de «l'évolution favorable des recettes des contributions et contributions et le transfert de la contribution d'OE au-dessus des prévisions ».

PD // EA

Le Covid-19: l'impact des mesures pèse 45% dans l'aggravation du solde budgétaire jusqu'en mai – UTAO apparaît pour la première fois à Visão.