S’exprimant lors de la conférence «Immobilier, construction et travaux publics» – organisée «en ligne» par BPI, JN et TSF dans le cadre du cycle de conférences «Retomar Portugal» – le président de l’Association de la construction industrielle et des travaux publics (AICCOPN) et le vice-président de l’Association portugaise des promoteurs et investisseurs immobiliers (APPII) a souligné que ces secteurs «n’ont jamais cessé» depuis le début de la pandémie et, depuis les «fondamentaux» de base sur lesquels ils reposent, font face à l’avenir avec une «Tranquillité prudente».

Le président de l’AICCOPN, Manuel Reis Campos, a rappelé que jusqu’au début de la pandémie «le secteur traversait un beau moment, à la fois en termes d’investissement dans la construction (qui avait augmenté de 8,9% en 2019), et en termes d’investissement privé et dans l’immobilier (dont la valeur des transactions s’élevait à 27,2 milliards d’euros l’an dernier, dont 5,4 milliards en immobilier d’origine externe) ».

«Tout a bien fonctionné en termes de tourisme et de capacité d’approvisionnement. Avec l’attractivité qui existait et les taux d’intérêt bas, tout a conduit à une attraction pour les investissements », a-t-il déclaré.

Selon Reis Campos, «même en termes de travaux publics, il y a eu une certaine consolidation des investissements de l’Etat, avec plus d’investissements publics en termes de travaux promus», donc «tout indiquait que le secteur n’aurait pas de problème en 2020».

Malgré l’impact négatif de la pandémie, le leader de l’AICCOPN rappelle que «la construction a été l’un des secteurs qui n’a jamais arrêté son activité, même si certains l’ont préconisée», dans une «attitude qui était d’ailleurs généralement prise dans toute l’Europe, où le secteur ne s’est jamais arrêté ».

Selon Manuel Reis Campos, les chiffres disponibles jusqu’en novembre montrent que «dans les travaux publics il y a eu une augmentation des travaux promus et des travaux célébrés et, en termes d’investissement dans la construction (à savoir le nombre de maisons construites), il y a une différence de 2 , 3% ».

«Cela signifie que le Banco de Portugal et la Commission européenne comprennent que le secteur était un secteur résilient. Cette pandémie n’est positive pour personne, mais notre secteur, dans cette condition, a survécu », a-t-il déclaré.

Dans le même ordre d’idées, le vice-président de l’APPII, Hugo Santos Ferreira, a déclaré que le secteur de l’immobilier «montrait cette même tendance», ayant également été «reconnu par Banco de Portugal comme l’un des secteurs les plus résilients de cette pandémie».

«Depuis la fin de la dernière crise financière, l’immobilier connaît des moments très forts, représentant près de 15% du PIB [Produto Interno Bruto], ce qui démontre qu’il s’agit d’un secteur de base et d’un pilier de l’économie des temps modernes », a-t-il souligné.

Selon Hugo Santos Ferreira, cette «résilience» du secteur a été notoire «dans les prix» de l’immobilier qui, «malgré quelques fluctuations, à la hausse et à la baisse, notamment en raison de périodes d’incertitude, ont été maintenus. globalement stable ».

Preuve en est, dit-il, le fait qu’Eurostat a placé le Portugal, au deuxième trimestre 2020, « à la 5ème position au niveau européen parmi les pays ayant la plus forte croissance en termes d’évolution des prix, à savoir le logement ».

Malgré l’impact de la pandémie, notamment depuis le deuxième trimestre 2020, le dirigeant de l’APPII affirme que «du côté de l’investissement immobilier, il a continué à recevoir quotidiennement des mandats d’investissement pour le Portugal».

«En fait, le fait même que, dans la première vague de la pandémie, le Portugal ait réussi à se placer au niveau international en tant que bon étudiant a beaucoup contribué à continuer à placer le pays comme une première place et une première destination d’investissement», a-t-il souligné.

Dans ce contexte, Hugo Santos Ferreira soutient que « l’avenir doit être envisagé avec une tranquillité prudente », notamment parce que « la plupart des fondamentaux du marché – les raisons qui poussent les investisseurs à investir au Portugal – sont là, à l’exception du tourisme ».

Participant également à la conférence, le président du comité de gestion de la structure de gestion IFRRU 2020 (instrument financier pour la réhabilitation et la revitalisation urbaines), Abel Mascarenhas, a déclaré que ce programme a actuellement une exécution globale de 266 contrats de réhabilitation de bâtiments, correspondant à un investissement de 750 millions d’euros.

«En cette année 2020, nous avons assisté à une certaine panne, notamment en mars et avril, mais malgré cela, en ce moment, nous avons plus de 70 contrats signés, avec un investissement de 200 millions d’euros, et nous ne sommes pas encore finis en décembre», a-t-il ajouté.

La pandémie de covid-19 a causé au moins 1 649 927 décès résultant de plus de 74,1 millions de cas d’infection dans le monde, selon un rapport de l’agence française AFP.

Au Portugal, 5 815 personnes sont décédées des 358 296 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PD // EA

Contenu de Covid-19: Les secteurs de la construction et de l’immobilier ont été «parmi les plus résistants» – Les associations apparaissent en premier à Visão.