Deux entreprises agricoles de la paroisse de Longueira-Almograve, dans la municipalité d’Odemira (Beja), qui dispose d’une clôture sanitaire en raison de la pandémie de covid-19, voient une partie de leur production compromise, en raison du manque de main-d’œuvre pour les récoltes.

«Nous allons perdre de la production. Même s’ils lèvent la clôture jeudi, il ne nous reste qu’un tiers de la production. Vous ne paierez pas les frais », a déploré Susana Prado, de la société Sousa Prado & Filhos, aujourd’hui, s’adressant à l’agence Lusa.

Jeudi, lors du Conseil des ministres, le gouvernement a décidé que la clôture sanitaire, en vigueur depuis le 30 avril, dans les paroisses de São Teotónio et Longueira-Almograve resterait, en raison de la forte incidence des cas de covid-19, mais défini «Conditions spécifiques d’accès au travail».

L’entrée dans les deux paroisses pour «l’exercice d’activités professionnelles» et pour «l’accompagnement des personnes âgées, handicapées ou dépendantes et pour raisons sanitaires ou humanitaires» dépend de la présentation de la preuve d’un test PCR négatif réalisé dans les 72 heures précédentes ou un test antigénique négatif rapide effectué dans les 24 heures précédentes, selon un arrêté publié vendredi soir à Diário da República.

Le départ des deux paroisses pour les mêmes raisons dépend également de la présentation d’un nouveau test antigénique rapide à résultat négatif, réalisé dans les 24 heures précédentes, selon la même dépêche.

Selon la femme d’affaires, Sousa Prado & Filhos a commencé à récolter sa production de pois sur 100 hectares, lundi, avec environ deux semaines de retard et avec seulement «une petite partie» d’ouvriers.

Le début de la clôture sanitaire, a-t-il dit, a coïncidé avec « le pic de la récolte » et l’entreprise a été obligée de reporter le début des travaux, car, à ce moment-là, « les travailleurs qui vivent à l’extérieur de la clôture étaient empêchés de passer ».

«Vendredi soir, la nouvelle dépêche est arrivée [do Governo] avec les nouvelles conditions d’accès des travailleurs, mais hier seulement [segunda-feira] dans l’après-midi, avec une petite partie de nos ouvriers, nous avons réussi à démarrer la récolte », a-t-il dit.

Désormais, avec les «nouvelles conditions», a souligné Susana Prado, l’entreprise a fait face à des «difficultés» pour placer sur sa ferme les «120 à 150 personnes» dont elle a besoin quotidiennement pour la récolte, car «les centres d’essais n’ont pas de capacité pour cela. Beaucoup de gens « .

De plus, a-t-il ajouté, l’entreprise « pour faire travailler toutes les personnes et économiser encore la production » a dû dépenser plus de 10 mille euros en une semaine « .

« Nous avons fait la récolte avec les quelques personnes qui peuvent passer » la clôture sanitaire, a souligné Susana Prado, précisant que l’entreprise a « 45 travailleurs permanents », mais a besoin « d’une centaine de personnes supplémentaires pour des services temporaires ».

La femme d’affaires s’inquiétait de la possibilité que Sousa Prado & Filhos perde des clients, affirmant que les contrats et les délais n’étaient pas respectés.

«Nous avons investi dans des chambres froides et augmenté les installations. Cela devra être payé et devrait commencer à être payé avec les revenus de cette récolte », a-t-il souligné.

Sousa Prado & Filhos est une entreprise familiale dédiée à la production de pois, de maïs et de plantes ornementales à exporter vers le Danemark, l’Angleterre, la France et les Pays-Bas.

La Summer Berry Company, qui produit des myrtilles, des framboises et des mûres, principalement pour l’exportation, dans une zone de culture de 80 hectares, a du mal à avoir des travailleurs résidant à l’extérieur de la clôture sanitaire, a déclaré Daniel Portelo, directeur des opérations de cette société, à la société anglaise Lusa. .

«Au cours de la semaine écoulée, environ 20% de nos employés n’ont pas pu venir travailler», ce qui correspond à «une cinquantaine de travailleurs», sans inclure les éléments de direction et les agronomes, a-t-il souligné.

Selon le responsable, la situation a provoqué «un retard dans la récolte et, par conséquent, un gaspillage alimentaire et des pertes de productivité», en plus du fait que «une grande partie» du reste de l’opération était «compromise».

« Afin de minimiser les pertes immédiates, à savoir ne pas pouvoir récolter les fruits, nous avons fini par mettre les opérations restantes en arrière-plan », mais « ce sont des opérations que nous devrons récupérer », a-t-il souligné.

Daniel Portelo a donné comme exemple le report des plantations, qui compromettait «les programmes de production de la campagne d’automne», l’entreprise risquant de voir sa production «coïncider avec celle d’autres marchés».

«L’Espagne et le Maroc produisent à l’automne un peu plus tard que nous et, bien sûr, que cela compromet les prix et la productivité», a-t-il souligné.

Quant aux déchets résultant du manque de capacité de récolte, le directeur des opérations de The Summer Berry a estimé que le pourcentage «aurait dû augmenter de 15% à 20%», depuis la mise en place de la clôture.

« Et cela se poursuivra probablement la semaine prochaine, car il est difficile de suivre les champs lorsque des tâches sont laissées pour compte », a-t-il ajouté.

SM // VAM

Le contenu de Covid-19: les entreprises agricoles d’Odemira en manque de main-d’œuvre apparaissent en premier à Visão.