Arouca, Aveiro, 29 août 2020 –

Selon le commandant José Gonçalves, toutes les personnes infectées par le virus SRAS-CoV-2 "vont bien et sans symptômes", ayant été maintenues en isolement au centre de formation de Gamarão, dans la paroisse de Canelas, depuis cette propriété, dont la corporation est propriétaire, a «d'excellentes conditions pour accueillir les neuf patients en toute sécurité», évitant ainsi les risques pour les familles respectives pendant leur convalescence.

Tous les 80 agents environ ont été soumis à des tests de diagnostic, et selon les dates auxquelles les 30 pompiers en isolement à domicile ont contacté les personnes infectées, certains de ceux en quarantaine «commencent déjà à retourner au travail depuis le mercredi prochain et les autres pourront revenir le 9 septembre ».

Assurer le service à la caserne – qui est la seule du territoire d'Arouca, dont la superficie est de près de 330 kilomètres carrés, dont 80% est boisée -, c'est désormais 38 pompiers, en heures tournantes.

«Nous continuons à faire tout ce que nous avons à faire et nous interrompons uniquement le transport des patients pour les consultations de dialyse et de physiothérapie, car ce sont des utilisateurs à risque», explique José Gonçalves à Lusa, indiquant que ce service est désormais fourni par la société voisine de Castelo de Paiva , également dans le quartier d'Aveiro.

Quant à l'éventualité d'incendies ruraux ou d'autres événements de grande ampleur, le commandant est calme: «S'il y a une situation comme celle-ci, nous compterons sur nos camarades pompiers d'autres corporations, comme cela a toujours été le cas ici».

Parmi les corps actifs les plus proches, déjà en état d'alerte, se trouvent non seulement ceux de Castelo de Paiva, mais aussi ceux de Fajões et de Vale de Cambra, toujours dans le quartier d'Aveiro, et aussi ceux de Nespereira, déjà à Cinfães, dans le quartier de Viseu.

Pour la maire d'Arouca, Margarida Belém, la récente augmentation des cas de covid-19 dans le comté montre que ce n'est pas le moment de négliger l'adoption de comportements responsables. Après le pic de la pandémie, le territoire enregistrait de moins en moins de diagnostics positifs et n'en est venu à avoir que deux cas actifs de SRAS-CoV-2 parmi ses quelque 22500 habitants, mais ce vendredi comptait 43 patients en traitement, totalisant ainsi accumulé 105 infectés depuis mars.

«Ces derniers jours, il y a eu une augmentation du nombre de personnes infectées dans la municipalité, une situation qui est surveillée de près et attentivement par la municipalité, en étroite coordination avec les services de santé et d'autres agents de la protection civile. A l'origine de ces récentes flambées infectieuses peuvent être des situations de vie de famille, notamment dans le cadre de fêtes et autres célébrations, avec un possible relâchement dans l'accomplissement des comportements de confinement », déclare le maire socialiste.

Dans ce contexte, la commune a imposé ce vendredi de nouvelles heures d'ouverture aux restaurants locaux et établissements assimilés, qui, jusqu'au 11 septembre, ne peuvent avoir les portes ouvertes que jusqu'à 23h00, et les derniers clients doivent quitter les lieux jusqu'à 23h59.

La mesure est "transitoire et exceptionnelle", mais nécessaire car le conseil estime "impératif d'adopter des mesures pour prévenir, contenir et atténuer la transmission de la maladie dans la zone géographique de la commune".

Le nouveau coronavirus responsable de la pandémie actuelle de covid-19 a été détecté en Chine en décembre 2019 et a déjà infecté environ 24,8 millions de personnes dans le monde, dont au moins 838000 sont décédées.

Au Portugal, où les premiers cas confirmés ont été enregistrés le 2 mars, le dernier bilan de la direction générale de la santé (DGS) indiquait 1 815 décès sur 57 074 infections confirmées.

AYC // JNM