Le gouvernement a signé un accord pour le transfert temporaire de logements dans le projet Zmar Eco Experience, à Odemira, qui comprend le transfert temporaire de 34 logements à utiliser si la situation pandémique dans la municipalité le justifie.

Dans une déclaration conjointe des ministres d’État, de l’Économie et de la Transition numérique et de l’Administration interne, le gouvernement explique que le protocole signé avec la Messe insolvable des Multiparques à Céu Aberto – Campismo e Caravanismo em Parques, SA définit un paiement de 100 euros par jour pour l’affectation temporaire de chacune des unités d’hébergement jusqu’au 30 juin, avec possibilité d’extension.

Les conditions s’appliquent à partir du premier jour de la réquisition temporaire de ZMar, décrétée le 29 avril, et les paiements qui en résultent seront effectués à la Messe insolvable de Multiparques a Céu Aberto – Campismo e Caravanismo em Parques, SA

« Les établissements privés n’étant pas occupés, il n’y a pas d’autres paiements dus », indique le communiqué, expliquant que, puisque de cette manière, les raisons qui justifiaient la demande sont assurées, celle-ci est révoquée.

Dans la note, le gouvernement explique qu’Odemira « est une commune habitée de façon saisonnière par des travailleurs du secteur agricole, dont les conditions de logement ont rendu difficile la résolution de la crise sanitaire ».

Et il fait valoir que l’entreprise ZMar Eco Experience « est un établissement qui présente les conditions appropriées et appropriées pour l’hébergement temporaire nécessaire résultant de la crise sanitaire, à savoir, en ce qui concerne l’emplacement dans la municipalité d’Odemira elle-même, la taille et les disponibilités les espaces ».

Dans la déclaration commune, il est dit que la société propriétaire du ZMar est insolvable et que le projet est fermé au public, et souligne que l’utilisation aux fins énoncées dans le protocole «peut entraîner moins de perturbations et même constituer des revenus supplémentaires qu’elle peut contribuer à la viabilité de cette société et au maintien des emplois ».

«Dans l’impossibilité que le protocole ait été signé à une date antérieure, il était nécessaire d’adopter, à titre temporaire, des mesures spéciales pour la municipalité d’Odemira, à la fin du mois d’avril, en mettant l’accent sur des solutions d’accueil pour l’installation temporaire. d’individus ayant de mauvaises conditions de logement », ajoute la note.

SO // SB