«Je ne sais même pas quoi dire», a-t-il dit plus tard à l’agence Lusa au sujet du nouvel ensemble de mesures visant à contenir la pandémie de covid-19, qui est entré en vigueur aujourd’hui dans la région autonome de Madère, imposant la fermeture des établissements commerciaux, industriels et services à 18h et couvre-feu entre 19h et 5h en semaine.

Les nouvelles restrictions, qui incluent la suspension des cours en présentiel au 3e cycle et au secondaire, sont en vigueur jusqu’au 31 janvier et résultent de l’augmentation du nombre de cas de covid-19 au cours des derniers jours, associés à la variante du virus détectée au Royaume-Uni. , ce qui a placé certaines municipalités de la région à haut risque.

«D’une part, je suis d’accord, car il y a des abus, il y a des gens qui ne comprennent pas, qui ne respectent pas les règles. D’un autre côté, je ne suis pas d’accord, car beaucoup de gens connaissent déjà des difficultés économiques et des problèmes psychologiques », a déclaré Paulo Bento.

Le commerçant, qui avant la pandémie avait un permis d’exploitation jusqu’à minuit, a commencé à fermer de plus en plus tôt au cours des derniers mois, mais considère néanmoins qu’il n’est pas l’un des plus touchés, car il était toujours ouvert après l’accouchement. 2020.

Un peu plus loin, à Rua Fernão de Ornelas, Luís Gustavo Mendonça a avoué que le nouvel horaire imposé par l’exécutif de Madère ne l’affectait pas beaucoup, car il ferme généralement le «  snack-bar  » à 19 heures, comme la plupart des activités de la commerce traditionnel à Madère.

«Je suis d’accord avec toutes les mesures. Si les gens ne respectent pas les règles et que le nombre de covid-19 ne diminue pas, il doit en être ainsi », a-t-il déclaré, tout en reconnaissant que la situation dans les restaurants est« bien pire ».

La résolution du Gouvernement régional détermine que pendant les 18 jours suivants les restaurants pourront fonctionner jusqu’à 22h00, mais exclusivement pour la préparation de repas pour la livraison à domicile, tandis que toutes les activités à caractère industriel, commercial et de service se maintiendront il est également en service, avec fermeture obligatoire à 18h00 en semaine et à 17h00 le week-end, période pendant laquelle le couvre-feu a lieu entre 18h00 et 5h00.

« De manière globale, toute restriction est prioritaire dans l’endiguement de la pandémie, mais va dans le sens inverse avec le développement économique », a déclaré à l’agence Lusa Jorge Veiga França, président de l’Association commerciale et industrielle de Funchal (ACIF).

Le responsable a également estimé que les entrepreneurs «comprennent» les nouvelles mesures, mais a souligné qu’elles constituent «un clou de plus» dans la situation difficile à laquelle ils sont confrontés depuis le début de la pandémie.

« Toutes les entreprises ont un besoin urgent d’aide, car sinon, les faillites vont se multiplier, doubler, quadrupler », a-t-il averti, soulignant qu’il est essentiel d’accélérer l’accès aux fonds et aux mesures de soutien, non seulement au niveau régional, mais aussi au niveau national. et communautaire, profitant dans ce cas du fait que le Portugal a assumé la présidence du Conseil européen.

Outre les restrictions à l’activité économique, le gouvernement de Madère a décidé de suspendre les cours en présentiel pour les élèves du 3e cycle et de l’enseignement secondaire entre aujourd’hui et le 31 janvier, mais les niveaux restants – crèches, jardins d’enfants, préscolaire , 1er cycle, 2ème cycle, enseignement professionnel et spécial – ils continuent à fonctionner en personne.

«Mes filles voulaient vraiment que les écoles fonctionnent en personne et, par conséquent, celle qui fréquente la 4e année était extrêmement heureuse quand il a été confirmé que son école ne fermerait pas. Ma fille aînée, qui est en 3e cycle, a commencé aujourd’hui des cours en ligne avec un horaire complet en «zoom», ce qui est très fatiguant et pas très motivant », a-t-elle déclaré à Lusa Isabel Ferreira.

À son avis, les bienfaits des enfants à l’école l’emportent sur le risque de certaines flambées.

Cependant, il ne conteste pas la mesure, bien qu’il considère le manque de planification comme «déplorable», puisque l’ouverture des écoles dans certaines communes de Madère a été reportée d’une semaine, puis rouverte pendant deux jours seulement.

Le Syndicat des enseignants de Madère (SPM) soutient que tous les établissements d’enseignement devraient fermer.

«Nous pensons que les mesures sont justifiées et, en ce qui concerne les écoles, elles auraient dû aller plus loin, car s’il y a un risque effectif pour les enfants et les jeunes, surtout après le 3ème cycle, il y a aussi pour les plus jeunes et pour les enfants dans l’enseignement préscolaire », a déclaré à Lusa Francisco SP Oliveira, président de SPM.

En outre, a-t-il ajouté, les enseignants, les étudiants et les familles sont désormais mieux préparés à l’apprentissage à distance que pendant la période de mars à juin 2020.

« Personnellement, je n’aime pas cette forme d’enseignement, je préfère de loin les cours en présentiel et je pense que si cela continue, cela affectera l’avenir académique des élèves, en particulier ceux du secondaire », a déclaré à Lusa Constança Sampaio, étudiante de 10e année à Escola Secundária Jaime Moniz.

Selon les données les plus récentes, l’archipel, qui compte environ 260 000 habitants, enregistre 1 284 infections actives, sur un total de 2 861 cas confirmés depuis le début de la pandémie, et 20 décès associés à la maladie.

DC // VAM

Le contenu Covid-19: couvre-feu obligatoire à Madère a été respecté et vidé Funchal à 19 heures apparaît en premier à Visão.