À l'aéroport de Faro, l'augmentation du nombre de passagers est déjà perceptible, les touristes britanniques disant à Lusa qu'ils attendaient la levée de la quarantaine obligatoire imposée par le gouvernement britannique pour pouvoir se rendre au Portugal.

«Nous n'avions rien préparé. Dès qu'ils ont dit que nous pouvions partir en vacances, nous avons réservé le voyage en avion, puis nous avons cherché un hôtel », a déclaré James Meakin à Lusa, qui venait d'arriver de Londres.

D'autres passagers du vol en provenance de la capitale britannique révèlent que ce n'est qu'après avoir levé l'exigence de quarantaine à leur retour dans le pays qu'ils ont décidé de voyager, un touriste estimant qu '"il serait irrespectueux pour les personnes de l'autre pays de voyager sans autorisation".

À peine arrivée sur un vol «complètement complet», Soraya Halabi a souligné la manière «ordonnée et respectueuse» dont «tous les passagers portaient un masque», lors d'un voyage où «les familles avec enfants» prédominaient.

Amanda Reverten, en revanche, a révélé que sa «première fois au Portugal» survient après avoir annulé ses vacances en «Espagne, puis en France et en Croatie» en raison de l'imposition du gouvernement britannique, lors d'un voyage «prévu quelques heures après» l'annonce de la retrait du pays de la «liste noire» ».

En arrivant à l'aéroport de l'Algarve, des dizaines de taxis s'abritent du soleil, juste après le déjeuner, l'une des «heures les plus calmes» pour «prendre les passagers», révèle à Lusa l'un des chauffeurs de taxi qui attend un autre vol pour arriver de la capitale britannique.

«Le matin, c'était beaucoup plus occupé. Depuis samedi, les avions ont commencé à arriver plus pleins », explique António Pinto, soulignant une« augmentation de 40 à 50% »des passagers transportés.

Le vol en attente est le 15 à relier les différents aéroports britanniques à Faro mercredi dernier, jour où 12 correspondances supplémentaires étaient attendues d'ici la fin de la nuit.

Le président de la région touristique de l'Algarve (RTA) se réjouit de la décision du gouvernement britannique et estime que «justice a enfin été faite» à l'égard du Portugal.

"L'effet a commencé à se faire sentir dans la première heure après l'annonce officielle, avec la réactivation des réservations qui ont été annulées ou reportées", a déclaré João Fernandes à Lusa.

Selon ce fonctionnaire, de «nouvelles réservations» de touristes sont également apparues qui attendaient l'inscription du Portugal dans la liste des pays sûrs, puisqu'elle leur permettait de «souscrire une assurance voyage» avec laquelle «les Britanniques se sont habitués à voyager».

Une autre source de nouvelles réservations est l'annulation de voyages vers d'autres destinations – toujours inscrites sur la «liste noire» britannique – qui "les place dans une position désavantageuse" par rapport au Portugal, at-il souligné.

João Fernandes souligne l '«offre supplémentaire» annoncée par les entreprises avec Wizzair, Easyjet, Jet2 ou Tui et qui «relient Faro à 20 villes du Royaume-Uni», facilitant l'arrivée dans la région de l'Algarve.

Le responsable a également indiqué qu'il y avait une relance des activités "au-delà de l'hébergement" plus liées aux marchés étrangers, comme les "sociétés de divertissement touristique".

Cependant, il existe des «revues hebdomadaires» de la décision britannique et elles sont «conditionnées au maintien de la condition épidémiologique» qui prévoyait la levée de la restriction.

La marina de Vilamoura, dans la municipalité de Loulé, est l'une des zones habituellement fréquentées par les touristes britanniques et où leur retour est déjà bien connu, comme l'a constaté Lusa.

Les entrepreneurs parlent d'une augmentation des réserves pour septembre et octobre et d'une «invasion très intéressante et positive», car les perspectives étaient «très faibles».

«Nous avons connu une croissance exponentielle des réservations, qui étaient auparavant des annulations, et le week-end, en 48 heures, nous avons eu une augmentation de 500 réservations dans six restaurants», a déclaré João Guerreiro, entrepreneur en restauration.

Pour João Guerreiro, cette nouvelle vague de touristes britanniques apporte «un autre souffle pour affronter l'hiver», estimant qu'il y aura «un été long et un hiver moins mauvais».

Cependant, pour certains commerçants, ces premiers jours après la levée de l'interdiction n'ont pas fait "sentir la différence", considérant qu'il est temps pour "les touristes et les émigrants portugais de partir et les Britanniques d'arriver".

Nuno Quaresma, responsable d'une boutique d'articles de sport et de souvenirs, révèle qu '«il y a eu une très grosse perte les autres mois», faisant preuve d'une certaine prudence pour «septembre et octobre».

PYD // MAD

Covid-19: le contenu de l'Algarve avec plus de touristes britanniques et une augmentation des réservations (C / AUDIO ET C / VIDEO) apparaît en premier à Visão.