«Il faut garder à l'esprit que cette pandémie a aggravé les comptes de l'Etat avec un coût mensuel estimé à environ 30 millions d'euros (3,3 millions de PTE). Seulement pour combattre immédiatement », a expliqué Olavo Correia, qui est également ministre des Finances, dans un message publié ce matin.

Il a ajouté que le financement des budgets de l'Etat pour cette année, amendant et dont la proposition devrait être soumise au parlement ce mois-ci, et celui de l'année prochaine "seront soutenus par une dette publique qui devrait atteindre 150% du PIB".

"C'est parce que plus de 80% du budget de l'Etat au Cap-Vert sont des dépenses obligatoires: salaires, intérêts, transferts aux mairies et transferts sociaux", a-t-il justifié.

C'est pourquoi, a-t-il souligné, «la solution pour financer» les deux prochains budgets des États est «nécessairement la dette publique», à la fois «en interne et en externe».

Selon les comptes provisoires de l'État du premier trimestre 2020, le poids du stock de dette publique du Cap-Vert est passé à 131,5% du produit intérieur brut (PIB) jusqu'en mars. Au 31 mars 2020, la dette publique du Cap-Vert se composait de 177 342 millions d'escudos (près de 1 600 millions d'euros) de dette extérieure, en hausse de 9,1% par rapport à la même période en 2019, et de 67 027 millions d'escudos (604,3 millions d'euros) de dettes levées en interne, notamment par l'émission de bons du Trésor qui ont augmenté, également en glissement annuel, de 1,6%.

«Il convient également de souligner la baisse drastique des revenus, dont les prévisions pour cette seule année sont de l'ordre de 18 milliards d'escudos (162,6 millions d'euros). Nous n'avons aucune marge. Nous n'avons pas d'autre solution durable que l'endettement. D'autant plus que l'adoption de mesures d'austérité telles que des augmentations d'impôts, des baisses de salaires serait une stratégie entièrement anticyclique », a souligné le responsable gouvernemental.

Olavo Correia défend que "l'austérité ne serait pas une bonne voie", dans les perspectives sociales et économiques, "au moins à court terme": "Parce que nous ne savons pas comment cette situation évoluera à moyen terme", a-t-il dit.

Le responsable gouvernemental, qui a déjà estimé une récession historique au Cap-Vert pour 2020 qui pourrait atteindre 8% du PIB, après plusieurs années de croissance économique supérieure à 5%, a également admis que le projet de budget de l'Etat pour cette année «est déjà pratiquement au stade final de préparation », le décrivant comme« un nouveau budget », en raison de la crise provoquée par la pandémie.

"Par conséquent, le gouvernement se réunira bientôt en Conseil de consultation sociale pour, plus tard, communiquer à la Nation les détails de ce document stratégique et vital dans cette lutte à court terme contre les effets de la pandémie de la covid-19 dans notre pays", a-t-il présumé.

"Nous sommes tout simplement confrontés à la plus grande récession économique de l'histoire du Cap-Vert", a-t-il conclu.

Le Cap-Vert a enregistré une accumulation de 750 cas de covid-19 depuis le 19 mars. Parmi ceux-ci, six ont fini par mourir, mais 301 ont été considérés comme récupérés.

En Afrique, il y a 6 464 décès confirmés et plus de 242 000 infectés dans 54 pays, selon les dernières statistiques sur la pandémie du continent.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 431 000 morts et infecté plus de 7,8 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

PVJ // PJA