La Collection BPN (ex-Banco Português de Negócios), acquise par l'État pour cinq millions d'euros au début de cette année, faisant partie de la Collection d'État, est installée à Coimbra, au Centre d'art contemporain, à créer dans la ville , a annoncé en janvier le ministre de la Culture, Graça Fonseca.

La création du Centre d'art contemporain de Coimbra a été formellement approuvée, à l'unanimité, par l'exécutif municipal, lors de la réunion de lundi.

Le Centre d'art contemporain de Coimbra, créé par le ministère de la Culture «en collaboration avec la municipalité», est, pour l'instant, sur trois des quatre étages d'un bâtiment à côté de l'Arco de Almedina, dans le centre-ville historique de la ville, où le l'ancien Banco Pinto & Sotto Maior, acquis il y a plus de quatre ans par la municipalité, a révélé, à l'occasion, le maire de Coimbra, Manuel Machado.

Le programme inaugural de conservation de ce nouveau Centre d'art contemporain a été créé par le conservateur David Santos, en partenariat avec José Maçãs de Carvalho, et commence par le cycle «De quoi est constituée une collection?» et avec une première exposition d'une série de trois, intitulée «Corpo e Matéria», qui présente 46 œuvres de la collection, renvoie à une note du ministère de la Culture et de la Chambre de Coimbra, envoyée aujourd'hui à l'agence Lusa.

Les installations finales du Centre seront, après d'importants travaux de rénovation et d'adaptation, l'ancienne branche de l'entretien militaire à Coimbra (dont la propriété a été transférée du ministère de la Défense à la chambre de Coimbra en mai 2017), sur l'Avenida Sá da Bandeira, quelques centaines mètres du bâtiment qui reçoit provisoirement la collection BPN.

Ce nouvel équipement culturel de gestion municipale, qui résulte d'un travail conjoint entre le gouvernement, à travers le ministère de la Culture, et la Chambre de Coimbra, rassemblera 193 œuvres de la Collection d'art contemporain de l'État, principalement d'artistes portugais, de différentes époques et générations, indique la même note.

Le ministère de la Culture et la chambre de Coimbra ont déjà convenu, par un protocole entre la direction générale du patrimoine culturel et la municipalité, représentée respectivement par Bernardo Alabaça et Manuel Machado, que la collection restera dans la ville pour une période de 25 ans, ce qui peut être renouvelé par accord des parties pour une période égale.

Le sort de la collection BPN attend une décision du gouvernement depuis la nationalisation de cette institution bancaire en 2008.

En plus de trois tableaux de la peintre Maria Helena Vieira da Silva, entre-temps déposés à la Fundação Arpad Szenes-Vieira da Silva (où ils resteront), la collection d'œuvres d'art de l'ex-BPN rassemble des œuvres d'artistes de renom tels que Paula Rego, Amadeo de Souza-Cardoso, Mário Cesariny, Rui Chafes, Eduardo Batarda et António Dacosta.

De cette collection est née la controversée collection Miró, qui devait être vendue à l'étranger, mais a fini par rester au Portugal (à Porto, à la Fondation Serralves).

João Pedro Vale, Pedro Calapez, Carlos Calvet, Vasco Araújo, Joaquim Rodrigo, Ana Vidigal, Eduardo Nery, João Penalva, Fernando Calhau, João Vieira, Nadir Afonso, Eduardo Batarda, António Sena, José Pedro Croft, Nikias Skapinakis, João Penalva, Pedro Casqueiro, Jorge Martins et Carlos Calvet sont également représentés dans la collection.

JEF // SSS