Porto, 11 juin 2021 (lusa) – Le secrétaire général adjoint du PS a jugé aujourd’hui « regrettable » le partage de données par des manifestants russes par la Chambre de Lisbonne et a annoncé que le gouvernement prépare une nouvelle loi sur le droit de manifester.

Lors d’une conférence de presse à Porto, José Luís Carneiro a accusé le leader du PSD « d’opportunisme et de cynisme politique », en raison de la manière dont il a réagi sur la question, refusant que le maire de Lisbonne, Fernando Medina (PS), la laisse affaiblie. Cas.

« Le PS veut exprimer toute sa solidarité avec le Dr Fernando Medina et nous voulions signaler que cette affaire est regrettable, comme déjà considérée par le Président de la Chambre, et parce qu’elle est regrettable, elle a déjà ordonné l’ouverture d’une enquête. d’enquêter sur les responsabilités et d’évaluer toutes les procédures liées à l’autorisation et à la tenue de manifestations », a commencé par déclarer José Luís Carneiro.

Selon l’ancien secrétaire d’État aux Collectivités, « ce qui s’est passé est aussi le résultat d’une loi de 1974, totalement dépassée, et donc le Gouvernement s’emploie à promouvoir un nouveau projet de loi pour favoriser une mise à jour de la loi relative au droit à démontrer ».

L’assistant d’António Costa en charge du PS a renvoyé les critiques de l’opposition, pointant des batteries à Rui Rio : « Nous voudrions également regretter l’opportunisme et le cynisme politique des oppositions et particulièrement du PSD », a-t-il déclaré.

« Opportunisme parce que des explications ont déjà été données concernant une procédure qui a été adoptée par la ville de Lisbonne depuis l’extinction des gouvernements civils », a-t-il soutenu.

« Cynique parce que, d’un côté, le chef du plus grand parti d’opposition critique ce qui s’est passé et déplore les effets néfastes sur l’image et la réputation du pays, mais en même temps, nous savons que les députés PSD appartenant au Parti populaire européen ont l’intention porter une question de cette nature devant le Parlement européen », a-t-il poursuivi.

Pour le PS, « cette attitude cynique du leader du PSD rompt avec un principe fondamental en matière de politique étrangère, qui tient au fait de ne pas utiliser des matières diplomatiques ou consulaires sensibles pour des exploits de politique intérieure ».

Rui Rio, également accusé Carneiro, « n’a pas fait de grands efforts pour présenter des propositions pour les problèmes du pays », mais concernant « tout ce qui sont des cas et des cas », il a « été dans toutes ces expressions de ce que de notre point de vue il est mauvaise politique ».

José Luís Carneiro a souligné que Fernando Medina « a assumé sa responsabilité en s’excusant » et a fait valoir que « cela n’a aucun sens d’essayer d’imputer à un président de chambre une responsabilité pour ce qui est une procédure régulière au sein de l’institution elle-même », déclarant que ceux qui sont affaiblis sont les candidats sociaux-démocrates aux municipales.

« Ce que je vois en fait affaiblis, ce sont les candidats du PSD. Nous avons un candidat à la Chambre de Lisbonne et c’est le président du parti qui vient s’exprimer en permanence, en remplacement du candidat », a-t-il déclaré.

Pour cette raison, José Luís Carneiro a donné des conseils au leader du PSD : « Il était important pour Rui Rio de se concentrer sur le pays et les difficultés que le pays a, car c’est ce que l’on attend d’un leader de l’opposition, c’est d’avoir un alternative nationale au pays, et ne pas courir après les petits cas pour créer cet environnement malsain », a-t-il déclaré.

Les journaux Expresso et Observador ont rapporté mercredi que la mairie de Lisbonne a envoyé les noms, adresses et coordonnées de trois militants russes aux autorités russes qui avaient organisé une manifestation en janvier devant l’ambassade de Russie à Lisbonne pour la libération d’Alexey Navalny, adversaire du gouvernement russe.

Lors d’une conférence de presse jeudi matin, Fernando Medina a admis que les données personnelles des trois militants avaient été partagées, a demandé des « excuses publiques » et a supposé qu’il s’agissait « d’une erreur regrettable qui n’aurait pas pu se produire ».

RJC // ACL

Contenu CML/Russie : le PS juge l’affaire « regrettable » et annonce qu’une nouvelle loi sur les manifestations apparaît en premier à Visão.