Issu d'une collection privée, l'œuvre, l'une des plus importantes du peintre portugais vivant à Séville à la fin du XVIe siècle, selon le musée, rejoint sa collection, en dépôt pendant cinq ans, et peut être vue jusqu'au 13 décembre .

Datant de 1603, la «Virgem del Buen Aire» est un exemple du maniérisme sévillan tardif et l'un des grands chefs-d'œuvre de Vasco Pereira Lusitano (1536 / 7-1609), écrit la MNAA, lors de la présentation de l'œuvre.

La peinture représente Marie entre São José et Santa Ana, entourée de Santos et Reis Magos, et reflète l'évolution du peintre, qui a combiné des éléments d'influence italienne, avec l'exubérance décorative du maniérisme flamand.

Vasco Pereira est né à Lisbonne, entre les années 1536 et 1537, d'une famille avec des racines à Évora, comme il l'a mentionné dans l'une de ses œuvres.

«Il a appris à peindre à Séville, avec l'un des peintres italiens les plus importants du milieu du XVIe siècle, Luis de Vargas (1502 / 6- 1567), qui était aussi le maître de Francisco Venegas», un peintre qui s'installerait à Lisbonne, écrit la MNAA en présentant les travaux.

Vasco Pereira Lusitano, qui en 1562 travaillait déjà de manière autonome, a son œuvre la plus ancienne, connue aujourd'hui, dans un «S. Sebastião », peint pour l'église de Santa Maria do O, de Sanlúcar de Barrameda, à Cadix.

La «Predela da Natividade», du MNAA, «l'Annonciation», de l'église de San Juan Bautista de Marchena, en Andalousie, le «Santo Onofre», du musée de Dresde, en Allemagne, et la «Vierge à l'enfant et aux anges» Musiciens », du Musée Carlos Machado, à Ponta Delgada, sont d'autres œuvres identifiées par l'artiste,« l'un des meilleurs maîtres sévillans de sa génération et, certainement, le plus important peintre portugais vivant à l'étranger, dans la seconde moitié du XVIe siècle », par selon le musée de Lisbonne.

Le MNAA rappelle que Vasco Pereira «était un peintre très savant», initiateur d'une lignée qui allait atteindre Murillo. En 1599, il fut élu à la direction de la corporation des peintres sévillans, assumant la primauté parmi les maîtres locaux, tels qu'Alonso Vázquez et Francisco Pacheco, «le beau-père culte de Velázquez».

La peinture actuellement exposée au MNAA, «en plus d'augmenter la collection avec une œuvre importante du maître né au Portugal, nous permet de présenter un exemple rare dans les collections du maniérisme sévillan tardif qui ouvrirait bientôt la peinture espagnole à l'aube du Naturalismo do Siglo de Oro ».

«C'est certainement l'une des meilleures œuvres de Vasco Pereira, remarquable pour la composition du grand groupe de figures, ainsi que pour l'exubérance des tissus, des bijoux et des pièces de joaillerie (…), dans une richesse formelle et décorative annonçant le baroque», assure-t-il le musée.

Cette œuvre a été peinte pour l'église de la confrérie de Buen Aire, dans le quartier de Triana, à Séville, où les maîtres, capitaines et propriétaires de navires qui se consacraient au commerce avec les Amériques, se sont réunis au XVIe siècle.

La confrérie a été fondée au cours de la première moitié du XVIe siècle, elle est devenue connue sous le nom d '«université des marins», à laquelle elle a assisté, visant également la protection sociale des retraités pauvres, des orphelins et des filles de navigateurs, ainsi que le sauvetage des marins emprisonnés par des pirates ou des nations ennemies, comme indiqué dans leurs statuts.

Preuve de l'importance de la peinture et du peintre, la MNAA rappelle que Séville, à l'époque, au tournant des années 1500 aux années 1600, était la plus grande zone urbaine de la péninsule, avec une richesse basée sur le commerce avec le Nouveau Monde.

Le tableau est resté en possession de la confrérie sévillane jusqu'en 1845, date à laquelle il est passé aux vicomtes de Palma, Huelva, dont la famille est restée jusqu'à récemment, selon le musée. Les collectionneurs Odile et Armando Pereira sont les propriétaires actuels.

MAG // SR

Le contenu du chef-d'œuvre du maître Vasco Pereira Lusitano, présenté au Musée national d'art ancien, apparaît d'abord à Visão.