Le Bloc de Gauche a recommandé au gouvernement la création d’une écovia sur le Tage, reliant l’embouchure de Lisbonne à Alcântara en Estrémadure espagnole, dans le but de «créer une conscience environnementale et de rapprocher la population» du fleuve.

La proposition du groupe parlementaire Bloc de gauche de créer la Grande Ecovia do Tejo, avec des pistes cyclables et piétonnes qui relieront la Route de la Côte Atlantique (EuroVelo 1), vise à sensibiliser aux problèmes d’environnement et de mobilité, à développer parmi les les populations une « conscience environnementale » envers les fleuves et pour accroître le progrès économique, culturel, éducatif, social, environnemental et sportif « pour les personnes et pour les économies locales », peut-on lire dans le projet de résolution du Parti, auquel Lusa avait accès.

« L’objectif principal est de rapprocher la population du fleuve Tage et de créer une prise de conscience environnementale qui conduira à une réduction de la pollution dans celui-ci. La rivière ne doit plus être considérée comme une poubelle et commencer à être considérée comme une ressource naturelle importante », a précisé, dans des déclarations à Lusa, la députée du Bloc de gauche de Santarém, Fabíola Cardoso.

Le plan prévoit de construire de nouveaux itinéraires et de tirer parti des infrastructures existantes, telles que les segments des routes Caminhos de Santiago et Fátima ou les passerelles et pistes le long du Tage, afin de réduire l’impact environnemental et de valoriser les agglomérations urbaines.

De cette manière, ecovia apportera « des avantages sociaux et économiques à la population de la région, en stimulant et en facilitant la création de points d’appui pour les cyclistes et les marcheurs, y compris des dortoirs, des restaurants et cafés, des ateliers, entre autres », décarbonant ainsi l’économie , la note lit.

Le bloc de gauche estime que le projet, qui devrait suivre les moules d’interventions similaires, telles que la Rota Vicentina, la Grande Rota do Zêzere ou la Via Algarviana, devrait être financé par le Fonds environnemental du ministère de l’Environnement et par l’investissement vert du fonds européen.

« L’aménagement et la valorisation du fleuve sont essentiels au progrès et à l’attractivité locale », ajoute le député.

La présentation du contenu et des objectifs du projet a lieu aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale du vélo, à Fonte de Palhais, à Santarém, à 11h00, car cette commune aussi « tourne le dos au fleuve et il est important d’inverser cette situation. », a expliqué le député, qui est également candidat à la chambre.

Le Bloc de gauche propose également que le gouvernement « mène des campagnes pour promouvoir les modes de transport actifs, en faisant connaître et en encourageant l’utilisation des itinéraires pédestres et cyclables qui permettent de profiter du patrimoine naturel, historique et culturel du territoire », lit-on dans la même note.