A la veille du démarrage de la Conférence des Nations unies sur les océans, qui aura lieu la semaine prochaine à Lisbonne, Catarina Martins a laissé quelques avertissements sur ce que BE attend de la réunion, annonçant que le parti participera à une manifestation de militants pour le climat mercredi, à la zone de rencontre.

« Nous entendrons les plus beaux mots sur les engagements envers l’océan. Mais les scientifiques qui débattent des océans arrivent à ce sommet avec deux propositions très concrètes : que 30 % des océans soient considérés comme une zone protégée d’ici 2030 et qu’il y ait un moratoire sur l’exploitation minière en mer, pour protéger la mer et ses écosystèmes », fit-il remarquer, le coordinateur du bloc.

Dans le cadre du coup d’envoi d’une feuille de route climatique que BE promouvra au cours des prochains mois dans tout le pays, Catarina Martins a mis au défi le gouvernement portugais de mettre en œuvre ces deux mesures dès maintenant au lieu d’attendre un engagement mondial.

« Le gouvernement portugais peut aller de l’avant maintenant et déclarer 30% de la mer portugaise comme zone protégée et imposer un moratoire sur l’exploitation minière en haute mer au Portugal maintenant parce que nous n’avons pas à nous attendre les uns les autres », a-t-il déclaré, appeler pour le sommet à la semaine prochaine n’est pas « un moment de vains mots ».

BE présentera deux initiatives au parlement : une résolution qui recommande précisément ces deux mesures au gouvernement et un projet de loi qui élimine la possibilité de privatisation de volumes de mer avec des concessions pouvant aller jusqu’à 50 ans, en maintenant l’hypothèse de licences d’utilisation à usage temporaire, intermittent ou saisonnier jusqu’à 25 ans.

La coordinatrice de BE a admis qu’« il ne sera pas facile » d’approuver ces initiatives et a déclaré vouloir laisser « un avertissement » à propos de l’actuel ministre de l’Économie et de la Mer, António Costa Silva.

« Nous avions un ministre de la Mer dans le gouvernement précédent, un scientifique dédié à la mer, qui a dit à plusieurs reprises qu’il était important qu’il n’y ait pas d’exploitation minière en mer. Il n’est plus ministre », a-t-il souligné, faisant référence à Ricardo Serrão Santos.

Catarina Martins a répliqué que la désormais détentrice du portefeuille a déjà déclaré que « l’exploitation minière depuis la mer est bel et bien l’avenir et son pari stratégique ».

« Il a même dit qu’il aimait explorer le pétrole en mer. Ça ne peut pas, on a une loi climat qui l’empêche, mais même ça le ministre de l’Economie a voulu le faire », a-t-il critiqué.

Catarina Martins a justifié le lancement de la feuille de route climatique par BE à un moment où la pandémie de covid-19 n’est pas encore terminée, où il y a une guerre en Europe et un cycle inflationniste « qui prend des revenus à ceux qui travaillent tous les jours ».

« Parce que la crise climatique est là, avec le climat ça ne se négocie pas et on peut bien regarder de côté que le problème ne diminue pas, il ne fait qu’augmenter chaque jour », a-t-il prévenu.

Comme deuxième raison, le coordinateur BE a défendu que « la réponse au climat est aussi la réponse aux grandes crises de notre temps ».

« Nous allons être dans la rue en disant que nous ne voulons pas que la paix soit négociée sur quel combustible fossile viendra d’où. Nous voulons poursuivre la voie de la transition énergétique et climatique – qui n’a jamais vraiment commencé – et ne pas laisser la guerre servir de prétexte à la guerre économique des énergies fossiles », a-t-il souligné.

La Conférence des Nations Unies sur l’océan (UNOC) se tiendra cette année à Lisbonne (à l’Altice Arena), co-présidée par le Portugal et le Kenya, entre le 27 juin et le 1er juillet, et réunira des chefs d’État et de gouvernement de tous les continents .