Après le Bureau national de BE, Catarina Martins a été interrogée par des journalistes sur le nouvel aéroport de Montijo, qui cette semaine est retourné dans une impasse après que l’ANAC a rejeté la demande d’évaluation préalable de faisabilité en raison du fait qu’il n’y avait pas d’avis favorable de toutes les municipalités. .]affectés, et le gouvernement, entre-temps, a approuvé un projet de loi prévoyant la levée de l’avis favorable des municipalités dans la construction d’aéroports civils nationaux.

« Le gouvernement, ce qui nous dit, c’est que le contrat qui a été passé avec Vinci vaut plus que la loi de la République portugaise et peut même contredire la loi de la République portugaise », a-t-il critiqué.

Pour le chef du blocus, c’est un «argument absurde» de modifier une loi afin qu’un aéroport qui «ne peut être construit selon la loi portugaise» puisse y être construit. «Une démocratie, un État de droit ne peuvent pas accepter» cette idée, a-t-il soutenu.

«Cela révèle seulement que la manière dont ANA a été vendue à Vinci est en tout préjudiciable à l’intérêt public. C’est quelque chose que nous dénonçons également depuis longtemps », a-t-il condamné.

Mais ce dossier a servi à critiquer d’autres socialistes et le directeur général, António Costa.

« Le PS et le Premier ministre ont toujours dit de l’importance qu’ils attachent aux autarchies et au pouvoir local, mais ils ont été très rapides, avec le PSD, pour vaincre et limiter le pouvoir local », a-t-il déclaré.

Un exemple de ceci, selon Catarina Martins, est précisément cette «modification de la loi pour que les municipalités ne puissent pas avoir leur mot à dire dans les projets qui modifient à la fois le territoire et un aéroport», mais ce n’est pas un cas unique.

«C’est arrivé quand on a dit aux autorités locales qu’elles allaient élire le CCDR, mais ce n’était pas comme ça après tout. Cela arrive aussi quand, avec le PSD, ils ont limité la participation des listes de citoyens au pouvoir local », a-t-il précisé.

Pour le coordinateur de BE, il s’agit d’une situation grave car «la démocratie a besoin de ses différentes sphères de décision et toutes doivent être prises au sérieux».

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi une proposition de loi prévoyant la levée de l’avis favorable des communes dans la construction d’aéroports civils nationaux.

Le diplôme, qui sera désormais transmis à l’Assemblée de la République, vise à modifier la législation qui définit les conditions de construction des aéroports et qui, dans sa formulation actuelle, finit par donner un droit de veto aux communes.

Le dirigeant du PSD, Rui Rio, a déjà exprimé publiquement son soutien à un amendement à la loi.

Le processus, il faut le rappeler, a atteint le régulateur de l’aviation avec deux avis favorables des chambres Barreiro et Montijo, deux défavorables de Seixal et Moita, et aucune présentation d’avis par la chambre Alcochete.

A cette occasion, le ministère sous la tutelle de Pedro Nuno Santos a déclaré qu’il procéderait à la réalisation d’un processus d’Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de trois solutions pour l’emplacement du nouvel aéroport de Lisbonne, soulignant que le Gouvernement s’est engagé à respecter la solution qui sera identifiée.

JF (LT / JNM) // JPS

Le contenu BE considère qu’un contrat avec Vinci vaut plus que la loi de la République apparaît en premier dans Visão.