L’Autorité fiscale et douanière (AT) n’aura accès à aucune donnée des contribuables adhérant à IVAucher autre que celles contenues dans la facture électronique, garantie aujourd’hui le secrétaire d’État aux Affaires fiscales, António Mendonça Mendes.

S’exprimant sur la présentation du programme IVAucher, dont la phase d’accumulation de la TVA dépensée sur la consommation dans les secteurs de la restauration, de l’hébergement et de la culture, démarre ce mardi, António Mendonça Mendes a souligné qu’il s’agit d’un programme conçu pour que les consommateurs et les commerçants « gagnent » et dans lequel AT n’accède à «aucune donnée d’aucun contribuable».

Dans le cadre d’IVAucher, au cours des trois prochains mois, du 1er juin au 31 août, les consommateurs pourront accumuler la totalité de la TVA encourue sur les achats dans ces trois secteurs, simplement en associant leur TIN à la facture lors du paiement ( par carte bancaire ou en espèces), de la même manière qu’ils le font actuellement.

La valeur cumulée en TVA fera ensuite l’objet d’une vérification au cours du mois de septembre – pour s’assurer qu’il n’y a pas eu d’annulation de l’achat ou que les factures ont été correctement communiquées au portail e-facture – et peut ensuite être déduite sur les achats dans le mêmes trois secteurs., dans la limite de 50% des dépenses, à effectuer au cours du dernier trimestre de cette année.

La mesure, comme l’a déclaré le ministre de la Culture, Graça Fonseca – l’un des leaders qui était présent à cette session de présentation du programme, tenue au Musée national d’art ancien, à Lisbonne – permet la TVA accumulée dans les repas dans le restaurant ou séjour dans des hôtels, entre octobre et décembre, peuvent être «réduits» lors de l’achat de billets pour des spectacles, des festivals de musique, des cinémas ou des musées, entre autres événements culturels.

Tout cela parce que, a-t-il dit, le programme «ne segmente pas» les différents secteurs, mais permet plutôt à l’avantage de «passer» de l’un à l’autre, c’est l’un de ses avantages.

Le ministre des Finances, João Leão, a souligné, pour sa part, qu’IVAucher arrive à un moment où l’économie traverse une phase de retournement et de «forte reprise» de l’économie après un premier trimestre «très difficile».

Interrogé pour savoir si l’IVAucher pourrait se poursuivre en 2022 et être étendu ou orienté vers d’autres secteurs, le ministre a seulement répondu qu’il s’agit d’une mesure extraordinaire, qui vise à aider les secteurs les plus touchés par la pandémie et que les mesures qui seront prises pour la prochaine année, sera établi dans le cadre du budget de l’État pour 2022 (OE2022).

IVAucher, a déclaré João Leão, est une mesure «à appliquer cette année et elle est d’un caractère extraordinaire», étant nécessaire, par rapport à 2022, «de réfléchir aux mesures les plus appropriées pour se remettre des points économiques et sociaux de cette pandémie », Ce qui sera fait dans le cadre de l’OE2022.

Concernant le montant que le gouvernement estime à dépenser avec IVAucher (200 millions d’euros), le ministre a souligné que « si la valeur est plus élevée », cela signifie « qu’il y avait une grande adhésion à la mesure, que ces secteurs se redresseront encore plus rapidement », ce qui« est bon pour l’économie ».

Avec la devise «IVAucher, la TVA qui va et vient», ce programme concerne les entreprises avec CAE (code d’activité économique) pour la restauration, l’hébergement et les activités culturelles, y compris dans ce dernier l’acquisition de livres ou de journaux réalisés en librairie, mais pas d’achats de ces produits dans les supermarchés ou d’autres surfaces qui ont plus d’un PPA.

Les achats effectués auprès d’agences de voyages ne sont pas non plus comptabilisés dans l’accumulation de la TVA dans le cadre d’IVAucher, c’est-à-dire que la TVA accumulée via cet itinéraire ne peut pas être actualisée ultérieurement sur une nouvelle consommation.

Il est à noter que le crédit de TVA dans le cadre de ce programme couvre les achats par carte ou en espèces effectués directement dans les établissements ou via les plateformes (car dans ce cas c’est l’hôtel, par exemple, qui passe la facture), mais quand vient le temps de la remise. la TVA accumulée il faudra que l’achat soit payé avec une carte bancaire.

Lors de la séance de présentation, la secrétaire d’État au Tourisme, Rita Marques, a souligné le fait qu’IVAucher, bien qu’orienté vers les trois secteurs d’activités mentionnés, finit par «avoir un effet d’entraînement dans d’autres secteurs», à savoir dans le commerce local. .

LT // MSF

Le contenu AT n’accédera pas aux données des contribuables avec IVAucher – Le gouvernement apparaît en premier dans Visão.