La nouvelle a été publiée aujourd’hui par TSF, qui fait état d’une décision favorable au contrat, à travers la réalisation de certaines mesures qui atténuent les impacts négatifs des travaux, budgétisés à 122 millions d’euros.

L’enjeu est un projet de modernisation et d’augmentation de l’efficacité opérationnelle du terminal à conteneurs d’Alcântara (TCA), une infrastructure louée par la société Liscont, qui appartient au groupe Yilport.

Selon la Déclaration d’Impact Environnemental (DIA) émise par l’APA, à laquelle l’agence de Lusa avait accès, les impacts négatifs identifiés «sont insignifiants, prenant dans certains cas un caractère significatif, mais toujours minimisables», à l’exception des impacts paysagers.

«(…) Étant donné que pour les facteurs environnementaux restants, les impacts négatifs identifiés sont susceptibles d’être minimisés, et compte tenu des impacts positifs très significatifs associés aux bénéfices et de l’importance de la réalisation du projet compte tenu de la pertinence du TCA dans le scénario régional et national, on considère, dans un contexte de pondération globale, que le projet apparaît comme écologiquement viable, donc une décision favorable est émise sous réserve du respect des termes et conditions imposés dans ce document », peut-on lire .

Parmi les mesures imposées pour minimiser les impacts négatifs des travaux figure la revue du projet d’intégration paysagère TCA, qui devra se conformer à des critères dans l’exécution d’interventions telles que le reboisement de l’aire de stationnement des camions, le pavage et le revêtement du bâtiment. et l’éclairage.

De plus, pour minimiser les impacts négatifs du bruit, déjà pendant la phase d’exploration du TCA, les responsables devraient restreindre les opérations bruyantes qui sont effectuées à proximité des habitations uniquement à la journée et aux jours ouvrables.

En ce qui concerne l’atténuation des impacts visuels, la DIA souligne la nécessité de planifier la distribution des conteneurs, qui devrait être en fonction de leur typologie, afin que les bâtiments / façade urbaine «ne restent pas cachés indéfiniment lorsqu’ils sont vus depuis le Tage Fleuve « .

DIA souligne également la nécessité «à certaines heures de la journée» ou «à des heures plus touristiques», les portiques sont tous garés dans des positions moins en conflit avec le système de visualisation, en période d’activité également réduite au Terminal ».

La municipalité de Lisbonne et le conseil paroissial d’Estrela, où se trouve cette infrastructure portuaire, étaient deux des entités qui ont commenté ce projet, selon DIA.

Le conseil paroissial d’Estrela a exprimé quelques doutes concernant le projet et s’est prononcé contre «la destruction des bâtiments et le déplacement vers les murs et les portiques de conteneurs», affirmant que cela aura un «impact négatif sur la capacité d’absorption visuelle dans une grande partie du territoire». .

D’autre part, le conseil municipal de Lisbonne a fait des recommandations pour minimiser les impacts sur les ressources en eau, les déchets, le bruit et la qualité de l’air.

En outre, la municipalité, présidée par Fernando Medina (PS), a émis quelques réserves concernant le plan d’accès et l’extension du parking à conteneurs à l’avant de la gare maritime d’Alcântara, considérant que le projet «a un impact visuel pertinent» .

Interrogée par Lusa, la source officielle de la Chambre de Lisbonne a déclaré qu’elle ne connaissait pas encore la DIA et s’est référée à une position plus tard.

À son tour, une source de Liscont a confirmé à Lusa qu’elle avait déjà reçu la DIA et a assuré que l’entreprise «se conformera à toutes les mesures proposées par le document de l’Agence portugaise de l’environnement».

La modernisation du TCA prévoit, entre autres, l’acquisition de nouveaux porches de quai, la réinstallation des bâtiments, la démolition des bâtiments TERLIS et Vasco da Gama, la construction de nouveaux accès et la reformulation de la zone du parc à conteneurs.

L’objectif principal est d’augmenter de 15% la capacité de manutention annuelle du nombre de conteneurs.

Les travaux se dérouleront en quatre phases d’intervention jusqu’en 2035.

FAC / TYS // MCL