"Nous allons prendre l'engagement aujourd'hui qu'il n'y aura pas de nouvelle ressource pour le charbon et que nous mettrons fin à tout financement extérieur du charbon dans les pays en développement", a déclaré le représentant de l'ONU, dans un message vidéo adressé aux représentants de plusieurs pays aujourd'hui. réunis lors d'une réunion en ligne organisée par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur la transition vers une énergie propre.

Dans le discours, António Guterres a souligné: «Le charbon n'a pas sa place dans les plans de relance économique post-Covid-19».

"Aujourd'hui, je voudrais appeler tous les dirigeants à choisir la voie de l'énergie propre, pour trois raisons essentielles: la santé, la science et l'économie", a-t-il expliqué.

Pour le secrétaire général de l'ONU, "le soutien à la relance de secteurs tels que l'industrie, l'aviation et les transports doit être conditionné et conforme aux objectifs de l'accord de Paris", qui reposent sur une réduction des émissions de gaz à effet de serre , de sorte que l'augmentation moyenne de la température sur la planète est inférieure à deux degrés par rapport aux niveaux préindustriels et, autant que possible, inférieure à 1,5 degré à la fin du 21e siècle.

«Nous devons cesser de gaspiller des fonds pour les subventions aux combustibles fossiles et mettre un prix sur le carbone. Nous devons prendre en compte le risque climatique dans nos décisions », en particulier dans les décisions financières, a déclaré António Guterres.

Le charbon, le pétrole ou le gaz, les combustibles fossiles, sont responsables d'environ 80% des émissions qui provoquent le changement climatique.

Soulignant que les énergies renouvelables et propres offrent trois fois plus d'emplois que les industries des combustibles fossiles, le leader des Nations Unies a souligné les exemples positifs de plans élaborés à cet égard par l'Union européenne (UE) et la Corée du Sud.

Il a également souligné le choix du Nigéria, un pays qui a décidé de réformer le plan de subvention des combustibles fossiles.

"Mais beaucoup n'ont pas encore reçu le message", a déploré l'ancien Premier ministre portugais, se référant à un rapport sur les plans de relance économique prévus au sein du G20 (le groupe des 20 pays les plus industrialisés du monde), qui " montre que deux fois plus d'argent – l'argent des contribuables – a été dépensé en combustibles fossiles qu'en énergie propre ».

SCA // ANP

Le contenu de Guterres demande aux dirigeants mondiaux de choisir «la voie de l'énergie propre» apparaît en premier dans Vision.