« Poutine avancera en Moldavie. Puis vers les pays baltes. Et peut-être même en Finlande et en Suède ». Ana Gomes laisse l’alerte sur Irrévocable de cette semaine, le talk-show de VISÃO. L’ancienne diplomate souligne que le président russe « n’est pas fou », et que l’invasion de l’Ukraine fait suite à ce qu’elle considère être « l’interprétation », de sa part, des signaux qui ont été donnés ces dernières années, par la « complaisance » des dirigeants nord-américains et européens. « Poutine a lancé cette attaque parce qu’il est devenu convaincu que les Américains et les Européens ont un leadership faible, que leurs menaces ne sont jamais mises à exécution ou sont toujours à mi-chemin. » « Nous avons été lâches », déplore-t-il.

Pour stopper Poutine, l’ancienne candidate à la présidence (en 2021) appelle à l’action l’Union européenne (UE) et l’Otan, dont elle estime qu’elles ont l’obligation, en premier lieu, de protéger les Ukrainiens qui « se font massacrer ». « Le peuple ukrainien est européen, comme les Polonais ou les Roumains. De nombreux pays de l’UE et de l’OTAN ont développé le concept de protection des peuples, dans le cadre des Nations unies », rappelle-t-il, se demandant « pourquoi ce principe ne s’applique-t-il pas, maintenant, aux Ukrainiens ? ».

Comme mesure urgente, l’ancien eurodéputé estime que « la création d’une zone d’exclusion aérienne en Ukraine » devrait être sur la table de l’Otan, ce qui protégerait les Ukrainiens, les couloirs humanitaires « bombardés », mais aussi « nous tous » – donnant à titre d’exemple, les risques d’attentats à la bombe russes qui, la semaine dernière, ont atteint la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, la plus grande d’Europe, dans la ville d’Enerhodar.

Si le Portugal ne fait pas son travail [de tornar públicas as relações entre oligarcas russos e pessoas e empresas no País]passera par la honte d’être forcé par d’autres à le faire

Ana Gomes, ancienne diplomate et politicienne

Désignant comme complices de Poutine « divers politiciens européens » – mettant en avant, dans ce chapitre, Gerhard Schroder, l’ancien chancelier allemand, président du conseil d’administration de Rosneft, le plus grand groupe pétrolier russe, membre du comité d’actionnaires de Nord Stream 2, propriétaire le gazoduc destiné à acheminer le gaz de la Russie vers l’Allemagne, construit par Gazprom, et candidat à l’administration de cette entreprise –, Ana Gomes soutient qu’il est urgent que l’Europe repense sa politique et sa stratégie énergétiques, « devenues trop dépendantes de Russie ». « Cela aurait dû être repensé depuis longtemps », dit-il, notant que, dans la pratique, ces accords « ont contribué à financer et à renforcer la guerre de Poutine ».

Selon Ana Gomes, l’engagement de l’Europe envers la démocratie est fondamental – et la principale raison pour laquelle l’UE et l’OTAN ne « tournent pas le dos » à l’Ukraine. « Le grand ennemi de Vladimir Poutine, c’est l’Union européenne et la démocratie. Poutine ne pardonne pas à l’Ukraine et aux Ukrainiens d’avoir choisi la voie de l’Europe et de la démocratie, et ils ne se sont pas laissé subjuguer par Moscou », souligne-t-il. « Poutine veut détruire l’Europe et c’est pourquoi, pendant des années, il a financé l’extrême droite européenne ou, par exemple, le processus du Brexit », ajoute-t-il.

Dans cette interview, le Portugal ne craint pas non plus les critiques. Ana Gomes considère que le gouvernement devrait désormais rendre « plus transparentes » les relations des oligarques russes avec les entreprises et les habitants du pays, et également suspendre ou révoquer les bénéficiaires russes de visas dorés ou la loi sur la nationalité, qui permettait aux descendants séfarades de devenir citoyens portugais. « Si le Portugal ne fait pas son travail, il aura la honte d’être forcé par d’autres à le faire. J’ai même proposé, pro bono, d’aider les autorités à identifier les kleptocrates russes qui sont derrière de nombreuses entreprises au Portugal, par le biais de lignes de front », dit-il.